Blog-Notes d'Alain Joyandet

11 mars 2008

25 ans pour retrouver un taux de chômage aussi bas!

… le Président de la République a déclaré: “Le chômage a reculé dans des proportions considérables, c’est une bonne nouvelle“, en rappelant son objectif de plein emploi – c’est-à-dire un taux de chômage d’environ 5% – d’ici la fin de son quinquennat en 2012. “La route est encore longue“, a t’il souligné mais les résultats du quatrième trimestre “prouvent que malgré toutes les difficultés que nous avons connues depuis un an (…), 2007 a été une année de création d’emplois et de baisse massive du chômage dans toutes les catégories“.

Je souhaite ici remercier le Président de la République pour son déplacement fort remarqué à Vesoul, son soutien est d’importance pour moi. Je tiens aussi à le féliciter, ainsi que tous les membres du gouvernement pour cette baisse historique du chômage.

Nous travaillons à ce que tous les Français bénéficient des réformes récentes, et en cela je m’engage pour eux.

24 février 2008

Réponse à une question locale:Quelles sont les aides nouvelles aux Jeunes agriculteurs?

Le nouveau dispositif, qui sera pleinement opérationnel début 2009, doit reposer plus sur les projets des candidats à l’installation plutôt que sur des obligations identiques pour tous. Le but de la réforme, selon le ministère, est d’augmenter de 20 à 25% le nombre de jeunes agriculteurs pouvant bénéficier de DJA (dotations aux jeunes agriculteurs) et de prêts bonifiés (de 1% de taux d’intérêt dans les zones défavorisées à 2,5% dans les plaines).

Les candidats à l’obtention de ces aides devront présenter un plan de professionnalisation personnalisé (PPP), qui comprendra notamment un niveau de formation minimal et leur expérience, notamment par la voie de la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Le ministre a par ailleurs souhaité que dans ce cadre, la liste des diplômes conférant la capacité professionnelle agricole soit revue et réactualisée pour éviter que l’aspect diplôme soit vécu ou considéré « comme un carcan », notamment pour attirer dans cette profession des urbains. Ce sujet sera porté à l’ordre du jour de la prochaine réunion de la Commission nationale de la capacité professionnelle agricole

Actuellement, sur les 16.000 personnes qui deviennent chaque année agriculteurs en France, seulement 6.000 sur les 10.000 âgés de moins de 40 ans bénéficient des dispositifs d’aides.

95% des exploitants installés dans le cadre des dispositifs d’aide actuels sont toujours agriculteurs 10 ans plus tard.

20 février 2008

Heures sup: premiers résultats chiffrés

L’Acoss (l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale) devrait annoncer qu’un peu plus de 155.000 entreprises de plus de 10 salariés ont utilisé des heures supplémentaires en décembre dernier.

Désormais, 55% d’entre elles profitent de ce dispositif, contre 38% en octobre et 49% en novembre“, affirme Mme Lagarde.

Concernant les entreprises de moins de 10 salariés, 367.000 d’entre elles ont eu recours aux heures supplémentaires en décembre, soit une proportion de 32% des petites sociétés.

Je me félicite que ce dispositif fonctionne, qu’il permette à de très nombreuses familles de gagner plus en travaillant plus. Il reste encore beaucoup à faire mais je suis confiant en la capacité du gouvernement et du Président de la République à mener des réformes nécessaires pour les Français.

18 février 2008

L’école au centre des préoccupations

Vers un retour à l’enseignement des “fondamentaux” à l’école.

A l’occasion de la visite d’une école primaire à Périgueux, en compagnie du ministre de l’Education Xavier Darcos, vendredi 15 février, le président de la République a prononcé un discours sur le thème de l’école et de la réforme de l’enseignement primaire.
Le Chef de l’Etat souhaite ainsi « qu’on revienne à l’essentiel, aux « fondamentaux » de l’école ».
Les « nouveaux programmes de l’école primaire présenteront en quelques pages, dans un langage évitant tout jargon, l’ensemble d’un cursus disciplinaire désormais recentré sur le français et les mathématiques ». Ils « donneront la priorité absolue à la maîtrise de la langue » : vocabulaire, orthographe et grammaire seront remis à l’honneur.

Le gouvernement a déjà mis en place plusieurs mesures mieux organiser le temps de travail des élèves de primaire et renforcer l’aide apportée pour ceux qui en ont le plus besoin.

Le renforcement de l’accompagnement éducatif

Assurer un meilleur fonctionnement de l’école pour aider ceux qui en ont le plus besoin représente une priorité pour le Gouvernement. L’ensemble des 1 119 collèges de l’éducation prioritaire, ainsi que 267 collèges volontaires et 12,7% des écoles appartenant à un « réseau ambition réussite » ont mis en place dès le 8 novembre dernier une aide aux devoirs quatre fois par semaine. Celle-ci prend la forme d’études dirigées ou surveillées ou d’activités sportives, culturelles et artistiques. Cette mesure a rencontré un vif succès puisque d’ores et déjà un tiers des collégiens de l’éducation prioritaire ont souhaité et vont bénéficier de cet accompagnement.

Pour développer ces activités, des fonds ont déjà été débloqués en 2007. Par ailleurs, 140 millions d’euros sont prévus au budget 2008 pour financer cet accompagnement éducatif.

La suppression des cours le samedi matin

Dans sa « Lettre aux éducateurs », adressée le 4 septembre à tous les enseignants, Nicolas Sarkozy avait émis le souhait de remettre à plat les rythmes scolaires. Alors que les spécialistes de l’enfance s’accordent à dire que la semaine des écoliers est trop chargée, Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale, a annoncé la suppression, dès la rentrée 2008, des cours le samedi matin à l’école. Cette décision a pour objectif de rendre aux familles le temps qui leur appartient et de soutenir ceux qui en ont le plus besoin.

A compter de la rentrée prochaine, les élèves auront donc une semaine de cours obligatoire de 24 heures contre 26 actuellement.

Par ailleurs, les deux heures libérées devront être utilisées un autre jour de la semaine pour permettre à ceux qui sont le plus en difficulté d’être accompagnés de manière personnalisée dans leurs apprentissages. Cette mesure permettra de s’assurer que nul ne rentre au collège sans maîtriser les savoirs de base.

La mise en œuvre du service minimum d’accueil à l’école primaire

En cas de grève dans l’éducation nationale, les familles se trouvent confrontées à d’importantes difficultés. Il devenait donc urgent d’offrir aux parents une solution concrète, sans pour autant remettre en cause le droit de grève.


Le Gouvernement a ainsi invité les communes à mettre en place un service minimum d’accueil pour les élèves du primaire en cas de grève. Celui-ci est financé par l’Etat grâce aux retenues sur les salaires des grévistes. Les communes sont chargées d’organiser l’accueil des élèves durant les heures normales d’enseignement, soit généralement six heures par jour.

Le service minimum d’accueil s’accompagne d’une amélioration de l’information en direction des familles : les prévisions d’absence devront ainsi être affichées 48 heures avant le début de la grève afin de permettre aux parents de s’organiser au mieux.

Cette idée m’est particulièrement chère puisque j’ai eu à cœur, à Vesoul de proposer des activités aux enfants en dehors des heures de classe. Cette méthode a été soulignée lors de la journée de grève du 24 janvier, comme vous pourrez le constater dans mon billet du jour.

Je considère que l’école est lieu de socialisation et d’apprentissages très importants. Elle doit être au centre des réformes engagées, dans la perspective d’offrir à chaque Française et à chaque Français, des bases solides afin de grandir confiant. L’avenir de notre pays se joue dès la plus tendre enfance.

31 janvier 2008

La réforme des régimes spéciaux de retraite

• À la SNCF et à la RATP :

  • les périodes d’études supérieures peuvent être rachetées dans la limite de 12 trimestres ;
  • la condition d’âge minimum (18 ans) pour l’affiliation au régime spécial est supprimée, notamment pour permettre l’affiliation des apprentis et des salariés en contrats de professionnalisation ;
  • les agents handicapés remplissant certaines conditions peuvent partir de manière anticipée en retraite avec une majoration de pension.

• À la SNCF:

  • les périodes d’interruption ou de réduction d’activité liées à l’éducation des enfants sont prises en compte pour le calcul de la retraite, dans la limite d’un an par enfant pour les enfants nés ou adoptés avant le 1er juillet 2008 et de trois ans pour ceux nés ou adoptés après cette date.
  • la possibilité pour l’employeur de mettre à la retraite d’office les salariés justifiant de 25 ans de services et de l’âge d’ouverture du droit à pension est supprimé ;
  • le droit à retraite anticipée pour trois enfants, qui était jusqu’alors réservé aux femmes, est étendu aux hommes, ce droit étant désormais soumis à une condition de cessation d’activité d’au moins deux mois ;
  • en matière de pension de réversion, les droits des hommes sont alignés sur ceux des femmes, et le taux des pensions de réversion, lorsque le conjoint décédé bénéficiait du minimum de pension, est porté progressivement, en trois ans à 54 %.
  • Par ailleurs, une pension d’orphelin est créée.

• À la RATP :

  • la situation des personnes entrées tardivement dans le régime est améliorée : la condition de stage de 15 ans nécessaire pour avoir droit à une pension du régime spécial est ramenée à un an ;
  • l’écrêtement à 25 ans de la pension proportionnelle est supprimée ;
  • le droit à pension d’ancienneté est systématiquement acquis dès 60 ans ;
  • les périodes de temps partiel peuvent faire l’objet d’une validation sur la base d’un temps plein dans la limite de quatre trimestres (huit trimestres pour les personnes handicapées) en contrepartie d’une cotisation.

22 janvier 2008

Projet de loi de fusion de l’ANPE et de l’UNEDIC

Le Gouvernement a fait du plein emploi l’une des priorités de son action, en se donnant pour objectif de réduire le taux de chômage à moins de 5 % à l’horizon 2012. Outre les mesures de relance du pouvoir d’achat précédentes, ce texte prévoit ainsi la création d’un opérateur unique chargé d’assurer les missions de service public de l’emploi que sont l’accueil, l’orientation, le placement, le service des prestations d’indemnisation et l’accompagnement des demandeurs d’emploi.

Au-delà de la réforme des structures, la fusion des réseaux opérationnels de l’ANPE et de l’Unedic permettra de simplifier les démarches des demandeurs d’emploi, d’offrir une gamme de prestations complète et unifiée à tous les demandeurs d’emploi, indemnisés ou non, et de déployer davantage d’agents sur le terrain, directement au service des usagers.

Lors de la première lecture du Sénat, de nombreux amendements ont été adoptés, permettant de conforter les avancées contenus dans ce texte. Je suis certain que notre Assemblée en fera autant, dans la perspective du débat démocratique.

16 janvier 2008

La première pierre du Centre de tri postal de Vesoul a été posée!

Monsieur le Président de la Communauté de communes,
Monsieur le Directeur du courrier,
Monsieur le Directeur d’établissement,
Mesdames et messieurs les Maires et délégués de la communauté de communes,
Mes chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

J’évoquais hier soir, à l’occasion de la traditionnelle soirée des voeux aux vésuliens, que Vesoul devait reposer sur ses deux pieds, d’une part celui d’une économie à laquelle nous devons toujours être attentifs et puis, d’autre part, celui du service public, bien nécessaire pour que notre ville – préfecture soit en situation d’apporter à l’ensemble de la population haut-saônoise ce qu’elle est en droit d’attendre.

Avec la pose de cette première, j’ai le sentiment que nous réussissons un joli coup, pour les raisons qu’évoquait à l’instant le Président de la Communauté de communes à propos de la réhabilitation de la zone poincaré et des possibilités de renouvellement urbain offertes rue Beethoven mais aussi parce que ce projet est pour nous « un joli coup » pour conforter Vesoul à la fois sur le plan économique mais aussi du service public.

D’abord sur la plan économique parce qu’à l’heure de la concentration et de la régionalisation des activités, nous confortons une centaine d’emplois à Vesoul et qu’il n’était pas écrit à l’avance que le modernisation du centre de tri se ferait forcément à Vesoul.
Il nous fallait trouver le lieu et réunir les conditions économiques pour finaliser ce projet. La Communauté de communes dont c’est la compétence à assumer pleinement ses prérogatives ce qui vient confirmer mes propos hier soir sur l’intercommunalité et sa capacité à prendre en charge ce type de problématique pour l’intérêt de l’agglomération toute entière.

C’est aussi une bonne nouvelle pour notre service public auquel je suis très attaché.

A l’occasion de la venue du Président Jean-Paul BAILLY en mars dernier, visite au cours de laquelle nous avions signé le protocole d’accord et inauguré les nouveaux locaux de l’agence Ile-verte, je me réjouissais des bonnes relations qui unissent la Ville de Vesoul et La Poste dont la présence sur notre commune atteste de la bonne tenue du service public postal.

Il y a bien sûr l’agence Ile-Verte et la direction départementale installées dans les même locaux, il y aussi le bureau de la rue Georges Genoux mais également l’agence postale communale des Rêpes dont les horaires d’ouverture ont été amplifiés et enfin, l’ensemble des boites à lettres dispersées sur Vesoul et qui, elles aussi, participent à leur niveau à rendre service au public.

Je note d’ailleurs avec satisfaction que la modernisation du réseau en TERRAIN (TERRitoire d’Attractivité et d’INitiative) s’est engagée dans la concertation et que les agences postales communales, qui sont un élément de la réforme du réseau postal, font désormais l’unanimité.

Preuve s’il en est, que toute réforme est possible dans la mesure où l’on se donne les moyens d’expliquer et d’engager une concertation bien nécessaire quand il s’agit d’aborder la réforme d’un service public quel qu’il soit.

Voilà donc un beau projet de modernisation et d’évolution du service public, voulu, je le rappelle, par l’ensemble des politiques de droite comme de gauche dans le cadre de l’ouverture du marché postal à la concurrence.

Preuve également qu’il est possible de concilier contraintes économiques et impératifs de service au public.

Merci Messieurs les Directeurs pour ce beau projet à Vesoul. Je vois en cette première pierre une nouvelle pierre à l’édifice du service public aux cotés de notre service public hospitalier, nos services municipaux, nos voies de communication, nos différents équipements, etc…

Je suis heureux que nous ayons pu donner le coup de pouce nécessaire à la concrétisation de ce projet. La Poste se modernise et Vesoul aussi. Voilà une démarche de développement qui me convient parfaitement.

Merci

Alain Joyandet

14 janvier 2008

Mes voeux pour 2008

Monsieur le Préfet,
Chers Collègues et élus,
Mesdames et Messieurs les responsables d’associations,
Personnalités de la Société civile, militaire et religieuse,
Mesdames et Messieurs, Cher(e)s Ami(e)s,

****

Aujourd’hui ont eu lieu les obsèques du Président du Conseil Régional de Franche-Comté. Dès samedi dernier, j’ai rendu hommage à Raymond Forni dont le * parcours personnel et professionnel fait désormais de lui une personnalité de l’histoire franc-comtoise. Bien que n’ayant pas les mêmes engagements, je veux publiquement – à nouveau – saluer son courage pour avoir – malgré la maladie -, assumer ses responsabilités politiques jusqu’au bout. Je vous propose d’observer une minute de silence en son honneur.

****

Bienvenue à toutes et à tous pour notre désormais traditionnelle soirée des vœux. Cette soirée est l’occasion de nous rencontrer et d’évoquer ensemble le lien qui nous unis : Vesoul, notre ville, le nouveau Vesoul.

LE NOUVEAU VESOUL

On nous dit souvent que Vesoul est devenue une belle ville, où il fait bon vivre. Que ceux qui ne sont pas venus depuis longtemps sont étonnés de la métamorphose de notre cité.

C’est vrai. En une décennie, Vesoul a changé, notre ville est entrée dans le XXIème siècle et nous pouvons tous en être satisfaits :

  • notre centre-ville est rénové, modernisé, dynamisé
  • un tout nouvel hôpital sort de terre
  • le passage à niveau fait partie désormais de l’histoire
  • le Théâtre Edwige-Feuillère est reconstruit,
  • le centre culturel Jean-Marie Goux aussi
  • le stade René-Hologne refait à neuf : bravo aux footballeurs qui nous ont offert un nouveau 32ème de finale à Vesoul. Bravo aussi pour leurs bons résultats en Championnat.
  • Les travaux de l’église Saint-Georges seront achevés comme prévus à noël 2008.
  • Les zones d’activités, les Haberges et Technologia notamment, nous permettent de proposer aux entreprises un cadre de développement.
  • Enfin, notre action sociale et éducative, soit directe, soit en soutenant les associations, est exemplaire.

Autant de défis que nous avons relevés, gagnés pour la plupart, et qui font que notre ville et toute notre agglomération se développent, fortes d’une économie renforcée, d’un service public soutenu, d’un cadre de vie préservé, et tout simplement d’une confiance retrouvée.

Mais c’est déjà le passé et je voudrais évoquer devant vous ce soir les cinq grands enjeux qui s’imposent à nous dans l’avenir.

1. NOTRE ECONOMIE

C’est d’abord la logistique industrielle, notre fer de lance, le savoir-faire de PSA Peugeot-Citroën Vesoul. L’entreprise nous avait demandé de l’aider à gagner une heure dans ses délais de livraison entre Vesoul et Langres pour que le site de Vesoul conserve sa compétitivité de centre mondial des pièces détachées.

C’était la condition du développement de l’emploi.

Nous avons l’assurance de gagner déjà vingt minutes avec la réalisation de l’autoroute Langres-Vesoul et notamment la déviation de Port-sur-Saône.

Le doublement du « Pont Peugeot » va apporter également un gain de temps de vingt minutes pour la logistique interne au site et permet aussi de désengorger la route départementale au quotidien de près de 1000 camions. Les travaux sont en cours. Le pont sera livré au printemps.

De son coté, Peugeot a également investi dans son système informatique, pour raccourcir aussi les délais en interne (également vingt minutes).

L’aboutissement positif de ces différents dossiers a permis de créer un climat serein propre à rassurer l’un des principaux acteurs économiques de notre département et il nous le rend bien. N’oublions pas que Peugeot à créé plus de 1000 emplois durables en quelques années.

Nous devrons donc être attentifs aux délais de réalisation de l’autoroute. C’est capital.

Il ne doit pas y avoir un mois qui passe sans que nous vérifions ce qui passe dans ce dossier.

Ce qui est vrai pour les grandes entreprises, l’est aussi pour les petites. Nous sommes tous très fiers de ce qu’est devenu notre centre-ville tant sur le plan du cadre de vie que celui du petit commerce auquel nous sommes tous très attachés. Nous avons lancé au début de l’année 2007 une nouvelle opération d’aide aux investissements cofinancé par l’Etat, le Conseil général, la Ville de Vesoul avec la collaboration de la chambre de commerce et celle des métiers. Je formule le vœu qu’une majorité de commerçants nous rejoignent dans cette opération pour que notre centre-ville conserve sa modernité et son attractivité.

2. NOTRE ENVIRONNEMENT

Autre enjeu de taille qui s’impose également à la collectivité et à l’ensemble de nos concitoyens, c’est celui de l’environnement. La révolution des mentalités s’est produite. Chacun à désormais conscience que la préservation de l’environnement est une nécessité, motivé il est vrai par une hausse du prix du pétrole qui fait des ravages dans nos porte-monnaie.

A tous les niveaux des pouvoirs publics, européens, nationaux, régionaux et locaux, nous devons nous engager vers une démarche environnementale. Notre ville, comme toutes les autres d’ailleurs, devra elle aussi concrétiser sur le terrain des actions en faveur de l’environnement que ce soit sur le plan des économies d’énergies, du tri des déchets, de la qualité de l’eau, etc….

Je propose que le nouveau quartier que nous allons construire sur le site de l’ancien hôpital soit un modèle en terme de HQE (haute qualité environnementale) et d’économie d’énergie. C’est en 2008 que cela va se décider.

Beaucoup de choses ont d’ores et déjà été faites, je pense notamment à la station d’épuration et au tri sélectif portés par la Communauté de communes. Nos collectivités devront forcément accélérer le mouvement même si à chaque fois, il nous faut rechercher l’équilibre entre le développement économique que j’évoquais tout à l’heure et la préservation de notre environnement.

Cela s’appelle du développement durable et je crois que c’est une démarche désormais universelle que chacun doit s’approprier, à fortiori la collectivité.

3. NOS VOIES DE COMMUNICATION

Un mot également sur les communications directement liées à cette notion de développement durable.

A n’en pas douter, notre ville et notre agglomération sont d’ores et déjà confrontées à l’enjeu de la communication que ce soit par la route, le fer, ou même la communication dématérialisée mais tout de même bien concrète de l’Internet et de tout ce que cela induit comme changement dans notre conception des échanges.

Vesoul est au cœur de profonds changements : l’autoroute est acté, le TGV aux portes de Vesoul annoncé dans un contexte où les villes et les territoires sont en réseau et où l’on n’hésite plus vraiment à vivre à Besançon et travailler à Vesoul et vice-versa.

L’année 2007 fut marquée par une victoire pour la ligne Paris-Bâle : le retour à un train du matin à une heure acceptable permet à la ligne 4 de conserver son attractivité en ligne directe avec Paris. Il nous faut néanmoins aborder l’arrivée du TGV avec pragmatisme et des changements à l’horizon 2011 me paraissent inéluctables.

2008 doit voir s’engager la réflexion concrète et les études de la liaison TGV Vesoul – Auxon. Je suis très heureux que cette idée de relier la gare de Vesoul au TGV à Auxon par le rail fasse son chemin, si je puis dire à grande vitesse. Après l’étonnement, l’adhésion se construit. Je l’ai constaté lors de nos réunions de concertation dans le cadre de « Vesoul 2020 ».

Sur le plan des routes, nous avons signifié à l’Etat et à nos partenaires notre priorité pour la réalisation de la déviation Est. Ce barreau situé entre Quincey et Vallerois-Lorioz pour lequel toutes les déclarations d’utilité publique sont prises permettra de dévier une part importante de circulation venant de Lure ou Luxeuil et qui aujourd’hui traverse tout Vesoul pour rejoindre la route de Besançon.

S’agissant de la RN19 et du franchissement de Vesoul, je reste convaincu que le contournement par le nord dans sa version courte reste la meilleure des solutions à la fois pour les riverains qui subissent les nuisances de la circulation mais aussi pour assurer de nouveaux espaces de développement qui ne pourraient pas voir le jour avec une 2×2 voies coupant notre agglomération en deux.

La concertation publique menée par l’Etat à l’automne ne fait que confirmer le sentiment que nous avions exprimé à l’unanimité dans notre intercommunalité.

Des décisions devraient intervenir en 2008 à la fois pour le barreau Est et le contournement nord.

Enfin, sur le plan de l’Internet, Vesoul devra savoir garder l’avance que nous avons toujours eue depuis une douzaine d’années.

4. NOS SERVICES PUBLICS

Comment ne pas évoquer nos services publics dans notre ville – préfecture, où, à coté de l’emploi privé, l’emploi public revêt une importance particulière. Du professeur des écoles au gardien de la paix, de l’infirmière à l’agent des administrations, la diversité des métiers et des services publics présents dans notre ville est un atout qu’il nous faut préserver, réformer si nécessaire, mais aussi consolider, et nous nous y employons.

Je dis souvent que Vesoul doit reposer sur ses deux pieds, à la fois celui du service public et celui de l’économie privée.

Récemment encore, notre ville préfecture s’est vue confortée par la réforme de la carte judiciaire avec une extension du périmètre de compétence des tribunaux d’instance et de grande instance tout en maintenant la présence du tribunal de commerce et du conseil de Prud’hommes. C’est une réforme que j’ai personnellement soutenue d’abord parce qu’elle me parait essentielle pour l’organisation même de la justice et de l’instruction des dossiers. Je me réjouis aussi qu’elle vienne conforter notre ville en tant que chef lieu du département de Haute-Saône. La meilleure preuve, c’est qu’avec Monsieur le Procureur de la République, nous cherchons la solution immobilière pour accueillir les fonctionnaires supplémentaires.

A n’en pas douter, l’évolution de nos services publics sera un enjeu important pour l’avenir de Vesoul.

Le nouvel hôpital avec plus de 1200 emplois, le passage de l’agglomération en zone police avec une vingtaine d’agents en renfort, la création de la brigade anti-criminalité, l’ouverture de formations supérieures à l’IUT et en BTS, nos écoles de quartiers, sont d’ores et déjà des acquis importants pour notre ville.

Notre service public devra aussi mieux intégrer les évolutions sociétales qui s’imposent à nous et notamment le vieillissement de la population pour laquelle nous devons proposer des solutions pour une prise en charge équilibrée entre le « chez soi » et le « médical ».

De même, l’évolution de l’emploi dans notre agglomération nous impose aussi de proposer dans le bassin vésulien, des solutions nouvelles de gardes des enfants. L’emploi féminin particulièrement élevé à Vesoul avec souvent des horaires décalés sont autant de contraintes pour le retour à l’emploi et tout simplement pour l’organisation de la famille auxquelles il faudra donner une réponse.

5. NOTRE INTERCOMMUNALITE

2008 doit être aussi une année importante pour l’avenir de notre collectivité, ville et intercommunalité, tout est lié.

Après les échéances électorales, il est capital de remettre à plat les responsabilités respectives des communes et de la communauté. C’est un chantier capital que nous devons ouvrir sur la base de la logique, de la justice, de la gestion exemplaire des deniers publics.

Je sais que de nombreux collègues maires de l’agglomération nous font l’amitié d’être ici ce soir, que jamais l’intercommunalité n’a été aussi présente et indispensable à l’action collective et je tiens à féliciter publiquement son jeune Président, Alain Chrétien, et l’ensemble de mes collègues maires de la Communauté de communes.

J’appelle donc à une nouvelle étape – sans doute historique – de notre coopération intercommunale pour encore plus d’efficacité de notre service public de proximité.

Il en va aussi de l’ensemble de notre développement socio-économique.

Que l’on travaille à Vesoul en habitant Pusy, que l’on vive à Frotey en travaillant à Vaivre ou Noidans, il est une évidence : nous utilisons les mêmes services publics, nous adhérons aux mêmes associations, nous fréquentons le même hôpital, etc…

L’échelle intercommunale trouve toute sa pertinence dans des domaines de plus en plus variés : elle a prouvé sa compétence à gérer le tri sélectif ou bien à créer des équipements importants tel que le Ludolac et je pense, qu’elle prouvera sa pertinence, c’est la suite logique des choses, dans bien d’autres domaines.

****

Vous le voyez, les chantiers importants sont nombreux et seront passionnants. Nous avons tous les atouts pour préparer un avenir prometteur à nos enfants, ici à Vesoul, en Haute-Saône, si nos collectivités et tous les acteurs privés travaillent dans le même sens. C’est que j’ai toujours tenté d’articuler.

Cela me parait essentiel pour entraîner avec nous, tous ceux que la vie n’épargne pas, tous ceux qui vivent des difficultés au quotidien et qui ont besoin du soutien de la collectivité pour se relever et reprendre leur route.

Il nous faudra encore être présents sur tous les registres :
1)imaginer et réaliser les grands projets
2)veiller sur la qualité de vie au quotidien
3)ne jamais laisser personne au bord du chemin.

****

Merci à toute notre équipe d’élus. Nos adjoints : Claudine, Véronique, Anne, Jean-Claude, Alain, Raymond, Guy, Denis, Stéphane et à tous les conseillers.

Merci à nos fonctionnaires territoriaux et nos directeurs : Christophe Tary, Jean-Yves Burette, Jérôme Saintigny et tous ceux qui les entourent. Merci aussi aux fonctionnaires des autres collectivités ou de l’Etat.

Merci au Conseil des sages, au Conseil des jeunes.
Merci à toute l’équipe qui a préparé cette soirée.
Merci à vous toutes et à vous tous d’être présents ce soir. J’espère que toutes ces informations vous rendront ce moment utile et – je le souhaite – agréable.

Vous êtes le rassemblement de toutes les énergies, publiques, privées, que nous avons voulu construire patiemment. Quels que soit vos engagements, vos origines, nous voulons que vous ayez votre place à part entière dans l’action collective.

Nous n’avons de cesse de vous consulter, de vous écouter, de vous soumettre nos projets pour mieux les réaliser ensemble, dans la passion.

On ne fait rien sans passion, celle qui décuple l’énergie imaginative et procure le bonheur.

Du bonheur, je vous en souhaite beaucoup, dans votre activité, dans votre famille, à chacune et chacun d’entre vous pour cette année 2008 qui commence.

Merci pour cette chaleur émouvante que je ressens dans nos relations quotidiennes…

6 janvier 2008

Réponse à une question locale: Le Livret A serait dans toutes les banques en 2008?

La réforme de la distribution du Livret A sera adoptée dans le cadre de la «loi de modernisation de l’économie» examinée au cours du deuxième trimestre 2008 pour une application à l’automne ou au 1er janvier 2009, Cette réforme permettra à la France de se mettre en conformité avec la règle européenne.
Meilleur financement du logement social

Je considère comme François Fillon que cette généralisation du livret A le rendra plus attractif pour le client et dégagera des sommes très importantes en baissant les commissions bancaires pour mieux financer le logement social.

Je pense que l’on peut prévoir une amélioration de l’efficacité économique du système rapportant près de 2 milliards d’euros supplémentaires.

Dans son rapport, Michel Camdessus souligne la nécessité d’une réforme d’ensemble du circuit de financement du logement social pour accompagner la généralisation de la distribution du Livret A. Aujourd’hui ce produit d’épargne défiscalisé à taux réglementé de 3%, est commercialisé par les seules Caisses d’Epargne et la Banque Postale.

Ce monopole, à l’instar de celui du Livret Bleu vendu par le Crédit Mutuel, est contesté par les autres banques et fait l’objet d’une procédure à Bruxelles qui l’estime préjudiciable à la libre concurrence.

Je suis d’accord avec cette nécessaire réforme et souhaite qu’elle soit profitable au plus grand nombre.

4 janvier 2008

Pour faire face à la crise du logement

En déplacement à Vandoeuvre-lès-Nancy le 11 décembre, le Président de la République a rappelé que la seule solution pour résoudre cette crise du logement, c’était de s’attaquer à ses causes, et d’abord de remédier à l’insuffisance de l’offre, résultat du retard accumulé pendant des années.

Le Gouvernement de François FILLON s’est ainsi fixé un objectif de construction de 500.000 logements par an, dont 120.000 logements sociaux. Cela nous permettra d’être au rendez-vous de la loi sur le droit au logement opposable dont l’entrée en vigueur a eu lieu mardi. Le recours au juge administratif étant ouvert pour les ménages prioritaires depuis le 1er décembre 2007. Cet effort sans précédent appelle une mobilisation de l’ensemble des acteurs de la chaîne du logement : l’Etat va y prendre toute sa part, en lançant un vaste plan de vente de ses terrains pour libérer du foncier.

Au-delà, il convient également, comme l’a indiqué le Président de la République, de favoriser une plus grande fluidité au sein du parc social afin de s’assurer que les logements sociaux bénéficient à ceux qui en ont le plus besoin et de permettre à ceux qui le souhaitent d’accéder à la propriété (voir également mon billet du 20 Décembre).
Dans ce cadre, un accord a été négocié entre Christine BOUTIN et le réseau des organismes HLM avec pour objectif la vente chaque année de 40.000 logements dans le parc social. Après l’instauration du crédit d’impôt pour l’achat d’une résidence principale, d’autres réformes vont être engagées en ce sens.

Informatique et libertés | Crédits | Signaler un bug