Blog-Notes d'Alain Joyandet

23 février 2010

Mon interview sur la situation au Niger

Je vous propose aujourd’hui de retrouver mon interview parue dans “Le Parisien” le 20 février à propos de la situation au Niger.

La France veut des “élections libres” au Niger
Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération

Le pustch semble avoir réussi au Niger où le président déchu Mamadou Tandja est retenu dans une caserne. Les 1700 français présents sur place sont toujours priés de rester chez eux. Mais à l’image d’Alain Joyandet la France espère un rapide retour au calme et réclame des élections.

Vous attendiez-vous à ce coup d’Etat ?

Alain Joyandet. Non. même si, après deux mandats dont le bilan était positif, Mamadou Tandja avait pris, en 2009, des décisions politiques contestées. Cela l’avait isolé. En août dernier, il avait organisé un référendum qui avait suscité une vive opposition, pour prolonger son mandat de trois ans. La France condamne par principe toute prise de pouvoir illégale, tout comme les organisations africaines. Personne n’anticipait une prise de pouvoir militaire cette semaine. Ce n’est pas la première fois que l’armée intervient au Niger pour permettre l’organisation d’élections libres. Je vous rappelle que Mamadou Tandja, qui est militaire, est lui-même arrivé au pouvoir dans un contexte similaire il y a un peu plus de dix ans.
J’espère maintenant que des élections libres et transparentes pourront être organisées dans les prochains mois.

Les Français sont-ils en sécurité ? Est-il prévu une évacuation en cas de dégradation de la situation ?

Il n’y a pas eu de dérapage violent. Selon mes informations les rues de Niamey sont calmes, comme celles de la province. Les commerces sont ouverts.
L’administration fonctionne. Par prudence, l’ambassade et le consulat ont recommandé à nos 1700 ressortissants de limiter leurs déplacements. Sous la houlette de Bernard Kouchner, le centre de crise fonctionne parfaitement : la communication est fluide avec nos compatriotes qui, restent confiants.

Ce coup d’Etat compromet-il l’approvisionnement en uranium de la compagnie française Areva, leader mondial dans le nucléaire civil ?

Les militaires qui ont pris le pouvoir ont affirmé qu’ils respecteraient les traités et conventions signés par le Niger. Il n’existe donc aucune raison de craindre que le partenariat à long terme qu’Areva a construit avec l’Etat nigérien et les populations locales soit perturbé. Dans l’immédiat, je préfère m’inquiéter de la sécurité alimentaire, très fragile dans ce pays sahélien. Les récoltes ont été mauvaises cette année et plusieurs millions de personnes sont menacées de famine dans les mois à venir.

Propos recueillis par Frédéric Gerschel

22 février 2010

La convention franco-dominicaine de transfèrement adoptée par le Parlement

Au nom du Gouvernement, je présentais cet après-midi au Sénat, le projet de loi de ratification de la convention de transfèrement des personnes condamnées entre la France et la République dominicaine.

Avec le vote qui vient d’intervenir à l’unanimité du Sénat, la loi a été définitivement adoptée par le Parlement français.

J’avais signé cette convention le 13 novembre dernier à Saint-Domingue avec le ministre dominicain de la justice.

Je me réjouis qu’elle ait été ratifiée si rapidement. En effet, le délai de ratification d’une convention internationale est généralement au moins d’une année. Cette fois-ci, par l’action et la détermination politiques, cette convention aura été ratifiée en à peine plus de 3 mois.

Le Président de la République sera amené à promulguer cette loi dans les prochains jours. Ensuite, conformément aux dispositions de l’article 18 de la convention, celle-ci entrera en vigueur le 1er jour du 2ème mois suivant l’accomplissement de l’ensemble des procédures de ratification des deux pays, soit probablement le 1er avril 2010.

Chaque demande de transfèrement devra faire l’objet d’un traitement au cas par cas.

Pour des raisons humanitaires, je me réjouis que nos compatriotes condamnés définitivement par la justice dominicaine puissent, s’ils le souhaitent, se rapprocher de leur familles et purger leur peine d’emprisonnement en France.

17 février 2010

Les Assises des territoires ruraux

Bâtir une nouvelle politique de la ruralité plus moderne, plus juste et plus adaptée

Depuis 1975, plus de 2 millions et demi de personnes ont quitté les villes pour s”installer dans des territoires ruraux, ce qui a entrainé des mutations considérables.

Parce que notre politique de développement de la ruralité doit s’adapter à cette nouvelle donne, le Président de la République a confié à Michel MERCIER l’organisation des Assises des territoires ruraux, lancées le 7 octobre 2009.

L’objectif : bâtir une nouvelle politique de la ruralité plus moderne, plus juste et plus adaptée à la diversité des territoires ruraux.

Le 9 février, en conclusion des Assises, le Président de la République a annoncé des mesures fortes dans les domaines essentiels du numérique, de la santé, du logement et du développement économique.

Le Premier ministre réunira dans les prochaines semaines un Comité interministériel d’aménagement du territoire pour acter un plan d’ensemble.

Pourquoi des Assises des territoires ruraux ?

En 35 ans, ce sont 2 millions et demi de personnes qui ont quitté les villes pour s’installer dans des territoires ruraux. Depuis 1999, la croissance démographique de la ruralité est devenue plus forte qu’en zone urbaine ! Cela a entraîné des mutations considérables auxquelles notre pays doit s’adapter.

De plus, cela faisait près de 20 ans qu’aucun Gouvernement n’avait consulté les territoires de France. La dernière consultation avait été engagée par Pierre BÉRÉGOVOY !

C’est pourquoi le Président de la République a confié à Michel MERCIER l’organisation des Assises des territoires ruraux. L’objectif : bâtir une nouvelle politique de développement de la ruralité qui assure l’égalité des chances.

Lancées le 7 octobre 2009, ces Assises ont permis de renouer le dialogue avec les acteurs locaux. De nombreuses consultations ont eu lieu au niveau départemental et régional sous l’égide des préfets, de fin octobre à fin novembre 2009.

Elles étaient organisées autour de trois thématiques : (1) Développer les activités économiques ; (2) Faciliter la vie quotidienne des populations ; (3) Organiser et animer les territoires. Dans le même temps, trois groupes de travail ont été mis en place au niveau national pour travailler sur les mêmes thématiques.

De plus, un site Internet participatif, ouvert en novembre 2009, a permis à tous les internautes d’être informés sur ces Assises et d’enrichir la réflexion.

Ces Assises, auxquelles plus de 80 000 personnes ont participé, ont permis d’identifier les besoins et les attentes des Français et d’établir un plan d’action y apportant des réponses concrètes.

7 janvier 2010

La France et la Francophonie sont en deuil

A mon retour d’Addis-Abeba, j’ai appris ce matin avec douleur, le décès de mon ami Philippe Séguin, ancien Ministre, ancien Président de l’Assemblée Nationale, Premier Président de la Cour des Comptes et Commissaire aux comptes de la Francophonie.

Philippe_Seguin.jpg

Nous avions mené ensemble dans notre vie politique de terrain, au sein du Rassemblement pour la République, des combats communs pour la grandeur de notre pays.

Nous partagions une même fibre gaulliste sociale. Avec Christian Bergelin, l’un de ses très proches -ils avaient notamment travaillé ensemble au sein du même gouvernement de la première cohabitation- je perds à presque deux ans d’intervalle, deux amis et deux maîtres à penser de la grandeur de la politique française.

Sur un terrain plus personnel, nous étions également proches par notre passion commune pour le football.

Aujourd’hui, la République perd l’un de ses grands Hommes, un grand serviteur de l’Etat, un grand acteur du monde méditerranéen et francophone.

Aujourd’hui, la France et la Francophonie toute entière sont en deuil.

6 janvier 2010

Réunion du Groupe international de Contact sur Madagascar

Je suis aujourd’hui à Addis-Abeba pour participer à la réunion du Groupe International de Contact sur Madagascar.

Cette réunion a pour objet de donner une impulsion nouvelle au processus de règlement de la crise malgache.

Dans cette démarche, la France s’emploie, avec l’ensemble des parties malgaches et les représentants de la communauté internationale impliqués dans ce processus, à promouvoir une solution équilibrée qui permette à Madagascar de retrouver la stabilité politique.

C’est dans un esprit d’écoute et de concertation que la délégation française, que je conduis, participera à la réunion du Groupe international de contact.

La France entend contribuer à la recherche d’une solution pragmatique dans les meilleurs délais possibles. Elle ne ménagera pas ses efforts en ce sens.

Retrouvez le communiqué de conclusion de cette réunion en cliquant ci-dessous :

20100701Communique_GCI-Madgascar.pdf

18 décembre 2009

Pour un accord ambitieux à Copenhague

En cette dernière ligne droite des négociations pour le climat à Copenhague, je souhaite que nous soyons tous mobilisés en faveur d’un accord ambitieux et contraignant impliquant des engagements en termes d’augmentation de la température à 2°c maximum et de réduction des gaz à effets de serre de 30% d’ici 2020.

Comme vous le savez je suis également très attentif à ce que les pays les plus pauvres soient entendus. Des moyens financiers ont été débloqués en début de semaine, de l’ordre de 7 milliards par an jusqu’en 2012 et la France y participera pour 1,2 milliards.

Nous devons aller plus loin pour les financements à long terme, notamment les financements innovants.

Je souhaite également que la question de la forêt soit abordée à sa juste place car elle est cruciale pour l’avenir de notre planète.

Un accord politique est en cours de rédaction, je suis très optimiste quant à son issue.

COP_15_1.jpg

17 décembre 2009

La 25ème conférence ministérielle de la Francophonie a été un succès

Je voudrais souligner que la France est fière et honorée d’avoir accueilli la 25ème Conférence ministérielle de la Francophonie qui réunissait hier et avant hier les ministres des 70 Etats et gouvernements des pays ayant le Français en partage.

Cette rencontre a été l’occasion de décider que la Suisse (Montreux) serait le pays hôte du prochain Sommet de la Francophonie (du 22 au 24 octobre 2010), que Nice accueillerait les prochains Jeux de la Francophonie (2013) et surtout d’examiner les situations politiques de pays en crise ou en sortie de crise dans l’espace francophone.

Les ministres de la Francophonie ont ainsi étudié la situation de la Guinée, de Madagascar et du Niger. Sur chacun de ces sujets, ils ont adopté une position ferme, consensuelle et constructive.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’affirme ainsi comme le laboratoire dans lequel les idées venues d’Afrique, du Maghreb, d’Asie, du Moyen Orient ou de la Caraïbe se confrontent et se fécondent mutuellement.

Elle permet à cet ensemble composite de parler d’une seule voix et renforce le poids politique d’un espace linguistique courant sur les cinq continents, relié par une histoire commune. A l’heure de la mondialisation, il est essentiel de disposer d’enceintes de fortes connivences pour énoncer une parole efficace et pertinente.

L’organisation internationale de la Francophonie réunit le quart des nations.

Aujourd’hui, on compte 4% de francophones dans le monde (250 millions de locuteurs sur les cinq continents). Cette proportion devrait doubler d’ici 2050.

11 décembre 2009

A Copenhague pour défendre les pays pauvres

Je me rendrai à Copenhague le lundi 14 décembre prochain pour participer à la réunion des ministres du développement de l’UE qui se tient à la mi-journée.

Cette rencontre souhaitée par Bernard Kouchner, intervient une semaine après le début des négociations techniques et quelques jours après le Sommet de Bruxelles où les 27 ont adopté une position commune. Elle vise à renforcer l’implication des ministres du développement dans le suivi des mesures de Copenhague et à renforcer le dialogue avec les pays récipiendaires de l’aide internationale.

Je préciserai la contribution de la France au « Financement précoce » (Fast start) qui aidera les pays les plus pauvres à accéder aux énergies propres et lutter contre les conséquences du changement climatique. Ce fonds sera la première étape concrète du « Plan Justice Climat » proposé par la France et repris dans les négociations internationales.

Je rappellera également à ses partenaires la position commune « France-Brésil » qui fonde, sur les questions environnementales, une solide alliance entre pays développés et pays émergents.

L’enjeu de cette réunion est de veiller à la bonne articulation entre défis du changement climatique et politique européenne de développement, qui représente près de 60% de l’aide mondiale et à laquelle la France contribue substantiellement.

8 décembre 2009

Les cafés politiques et le blog des Jeunes Pop 25

Une fois par mois les Jeunes Populaires du Doubs organisent un café-politique, en ce mois de décembre le thème était la réforme des collectivités territoriales et le remplacement de la taxe professionnelle.

Ils ont eu le plaisir d’accueillir à Besançon Annie GENEVARD, Maire de Morteau et conseillère régionale de Franche-Comté, qui est également chargée par le gouvernement d’expliquer ces deux réformes.

Le mois prochain le café-politique des Jeunes Populaires du Doubs aura pour thème la Justice.

Je voudrais saluer le dynamisme des Jeunes Populaires de L’UMP du Doubs.

Pour consulter leur blog, cliquez-ici !

29 novembre 2009

Sur mon agenda cette semaine du 30 novembre au 6 décembre

Lundi 30 novembre 2009

18h00 Remise de la Légion d’Honneur à Michel Vautrot (Elysée)

20h30 Dîner présidé par Fadela Amara, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, offert en l’honneur des ambassadeurs africains (Place de Fontenoy, Paris)

Mardi 1er décembre 2009

10h00 Conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la Francophonie dans le cadre de la candidature de Nice aux Jeux de la Francophonie (Siège de l’Organisation internationale de la Francophonie)

15h00 Questions d’actualité au gouvernement (Assemblée nationale)

Mercredi 2 décembre 2009

10h00 Conseil des ministres (Elysée)

Jeudi 3 décembre 2009

11h00 Ouverture des travaux avec la délégation de la République dominicaine

13h00 Déjeuner en l’honneur de M. Leonel Fernández, président de la République dominicaine

15h00 Séance publique annuelle de l’Académie française, suivie d’une réception offerte par Mme HélèneCarrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle et M. Jean-Louis Carrère d’Encausse (Académie française)

Vendredi 4 décembre 2009

09h30 Débat sur le projet de loi de finances 2010 (Sénat)

Informatique et libertés | Crédits | Signaler un bug