Blog-Notes d'Alain Joyandet

3 décembre 2009

Céline et Sarah de retour en France pour Noël

Le Président de la République dominicaine, Leonel Fernandez est en visite en France, ce qui n’était pas arrivé depuis 10 ans. Il y a 3 semaines, j’étais à Saint-Domingue afin de préparer cette importante visite et signer une convention de transfèrement.

Lors de l’entretien d’hier après-midi à l’Elysée avec le Président Nicolas Sarkozy, le Président Fernandez a souhaité faire un geste humanitaire pour Céline et Sarah avant Noël.

Je m’en réjouis et tiens à le remercier sincèrement.

En outre, la convention de transfèrement sera ratifiée par les parlements français et dominicains au plus vite, dans les prochains mois, afin de permettre aux prisonniers français et aux prisonniers dominicains qui le souhaiteront, d’effectuer leurs peines dans leurs pays, au plus près de leurs familles.

Aujourd’hui, avec mes homologues ministres dominicains, j’ai présidé les premières consultations bilatérales franco-dominicaines. Tous nos sujets d’intérêt commun, notre coopération régionale avec les départements français d’outre-mer et notre coopération trilatérale avec Haïti ont été évoqués.

Je signerai en début d’après-midi un accord franco-dominicain de coopération en matière de transports et une déclataion d’intention relative à la création d’un programme de coopération universitaire de haut niveau.

Les relations entre nos deux pays sont excellentes et ma visite en novembre, comme cette visite du Président Fernandez aujourd’hui, y auront significativement contribué au bénéfice de nos deux peuples amis.

29 novembre 2009

Sur mon agenda cette semaine du 30 novembre au 6 décembre

Lundi 30 novembre 2009

18h00 Remise de la Légion d’Honneur à Michel Vautrot (Elysée)

20h30 Dîner présidé par Fadela Amara, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, offert en l’honneur des ambassadeurs africains (Place de Fontenoy, Paris)

Mardi 1er décembre 2009

10h00 Conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la Francophonie dans le cadre de la candidature de Nice aux Jeux de la Francophonie (Siège de l’Organisation internationale de la Francophonie)

15h00 Questions d’actualité au gouvernement (Assemblée nationale)

Mercredi 2 décembre 2009

10h00 Conseil des ministres (Elysée)

Jeudi 3 décembre 2009

11h00 Ouverture des travaux avec la délégation de la République dominicaine

13h00 Déjeuner en l’honneur de M. Leonel Fernández, président de la République dominicaine

15h00 Séance publique annuelle de l’Académie française, suivie d’une réception offerte par Mme HélèneCarrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle et M. Jean-Louis Carrère d’Encausse (Académie française)

Vendredi 4 décembre 2009

09h30 Débat sur le projet de loi de finances 2010 (Sénat)

12 novembre 2009

Déplacement en République dominicaine

Je me rends ce soir en République dominicaine pour 48 heures.

Cette visite est importante. C’est la première d’un membre du gouvernement français depuis mai 2004.

Elle me permettra de préparer la visite officielle en France du Président dominicain, Leonel Fernandez, dans deux semaines et, en particulier, sa rencontre avec le Président de la République. Une première depuis 10 ans.

A cette occasion, nos deux pays prépareront les dossiers de renforcement de notre coopération et réaffirmeront leur engagement commun pour lutter contre les trafics de drogue.

Cette visite à Saint-Domingue me conduira aussi à signer avec le ministre de la justice dominicain une importante convention de transfèrement. Je tiens ici à remercier les autorités dominicaines d’avoir répondu favorablement à notre demande en ce sens. Cette convention permettra en effet, en réciprocité après avoir été ratifiée par les parlements français et dominicain, à nos ressortissants condamnés en République dominicaine qui le souhaitent, d’effectuer leurs peines de prison au plus près de leurs familles en France.

C’est une mesure humanitaire attendue car 19 jeunes français sont incarcérés, à ce jour, dans des prisons dominicaines.

En début de semaine, j’ai rencontré certains de leurs parents à Paris, j’en rencontrerai d’autres ce soir à Saint-Domingue.

Je rendrai aussi visite à Cécile Faye et Sarah Zaknoun dans la prison pour femmes où elles sont incarcérées.

Demain soir, je terminerai ma visite en m’adressant à notre communauté française expatriée en République dominicaine.

4 novembre 2009

Le Prix Medicis pour Danny Lafferrière

Je suis heureux de vous annoncer que le prix Médicis 2009 du roman a été attribué à l’écrivain canadien d’origine haïtienne Danny Laferrière pour “L’énigme du retour” (Grasset).

Dany Laferrière, est né en 1953 à Port-au-Prince et vit entre Montréal et Miami. Intellectuel lié à l’espace nord-américain, il est à la fois romancier, essayiste, scénariste et cinéaste. Son œuvre pose la question de l’identité et de l’exil.

Dany Laferrière a publié depuis une vingtaine de livres, dont “Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit ?”, prix RFO 2002, “Pays sans chapeau” ou “Vers le sud” (2006), également adapté au cinéma.

Je vous encourage vivement à lire cet auteur francophone de grand talent!

26 octobre 2009

La réforme des collectivités territoriales : plus de simplicité et d’efficacité au service des Français

Le Mardi 20 octobre, le Président de la République a présenté la réforme des collectivités territoriales.

Cette réforme historique, issue des travaux de la Commission BALLADUR et fruit d’une longue concertation menée par Brice HORTEFEUX Alain MARLEIX et Michel MERCIER, poursuit un objectif clair : simplifier notre organisation administrative pour renforcer la démocratie locale et redonner de l’attractivité à nos territoires.

Elle s’articule autour de trois grands piliers :

- Réorganiser les collectivités autour de 2 axes : un axe région/département et un axe communes/intercommunalités ;

- Offrir la liberté de créer des métropoles pour permettre à nos agglomérations de jouer dans la cour des grandes villes européennes et internationales ;

- Clarifier les compétences des collectivités et encadrer la pratique des cofinancements ;

Cette réforme se concrétise dans 4 projets de loi qui ont été adoptés le 21 octobre en Conseil des ministres. Elle sera débattue dès le mois de décembre au Parlement.

Pourquoi réformer les collectivités territoriales ?

Tout simplement, parce que le statut quo n’est plus possible. Elus de droite, élus de Gauche, Cour des comptes, sans compter les nombreux rapports qui ont été rendus sur le sujet, tout le monde est d’accord, il faut en finir avec :

- L’empilement des structures. Avec 36 783 communes, 100 départements, 26 régions, 15 900 syndicats intercommunaux, 371 pays, le millefeuille administratif est devenu illisible. Nous avons toujours rajouté de nouvelles structures sans jamais en retrancher.

- L’enchevêtrement des compétences. Aujourd’hui, il faut être un expert en droit public pour comprendre qui est qui et qui fait quoi. 83% des Français estiment que notre organisation administrative est trop compliquée !
Le labyrinthe des financements croisés. ¼ des financements des régions et 1/5 de ceux des départements couvrent des financements croisés entre plusieurs collectivités.

Tous ces chevauchements institutionnels ont un coût. En 25 ans, les dépenses des collectivités locales ont augmenté deux fois plus vite que la richesse nationale. Les transferts de compétence n’expliquent que la moitié de cette progression. Entre 2003 et 2007, en dehors de tout transfert de compétences, les dépenses locales ont augmenté de 40 Mds € soit 6 fois le budget de la justice. Quant aux effectifs de la fonction publique territoriale, ils n’ont cessé de croître.

Nicolas SARKOZY a eu le courage de prendre cette question à bras le corps en engageant une réforme historique avec un objectif : simplifier notre organisation territoriale pour renforcer la démocratie locale et rendre nos territoires plus attractifs. Soyons clairs : cette réforme ne tourne pas le dos à la décentralisation, elle la renforce et la conforte en donnant aux élus des outils mieux adaptés à la prise d’initiatives.

Pour simplifier ne fallait-il pas commencer par supprimer un échelon ?

La solution ce n’était pas de supprimer le département ou la région qui ont tous les deux leur légitimité.

C’était au contraire de les rapprocher pour les rendre plus complémentaires et donc plus efficaces.

C’est tout le sens de la création d’un conseiller territorial qui siègera à la fois au département et à la région. Il s’agit d’une réponse simple et pragmatique pour mettre fin à la concurrence entre ces deux échelons et aux dépenses redondantes. Concrètement, 3000 conseillers territoriaux remplaceront les 6000 conseillers généraux et régionaux actuels. Des élus, certes, deux fois moins nombreux, mais deux fois plus puissants.

Parce que le Gouvernement a souhaité conserver le lien entre l’élu et son territoire, 80 % des conseillers territoriaux seront élus au niveau du canton au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Parce nous avons voulu également renforcer le pluralisme des sensibilités politiques et la parité dans les assemblées locales, la répartition des 20% des sièges restants se fera à la proportionnelle au plus fort reste. Le Conseil d’Etat a validé le principe d’un scrutin mixte, principalement majoritaire à un tour.

La première élection des conseillers territoriaux aura lieu en 2014. C’est pourquoi, il nous faut réduire la durée des mandats. Concrètement, les conseillers régionaux qui seront élus en mars 2010 auront un mandat de 4 ans au lieu de 6. Les conseillers généraux qui seront élus en mars 2011 auront un mandat de 3 ans au lieu de 6.

28 septembre 2009

64ème Session de l’Assemblée générale des Nations Unies

Je me rends à New York aujourd’hui jusqu’à mercredi dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations Unies.

J’y représenterai la France à deux réunions du Conseil de sécurité.

Mardi, la première réunion examinera une déclaration présidentielle sur la Côte d’Ivoire.

Mercredi, la seconde sera consacrée au thème “femmes, paix et sécurité », au cours de laquelle j’interviendrai après la Secrétaire d’Etat américaine, Madame Hillary Clinton.

Je présiderai demain une conférence organisée avec l’UNICEF sur les enfants soldats.
Cette conférence fera le point sur les avancées obtenues depuis la conférence de Paris organisée en 2007.

Par ailleurs, je m’entretiendrai avec MM. Alain Yoda, Ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, et Thambwe Mwamba, Ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du Congo.

Enfin, je rencontrerai deux Secrétaires Généraux adjoints des Nations Unies : M. Le Roy, chargé des opérations de maintien de la paix et M. Lynn Pascoe, chargé des affaires politiques.

23 septembre 2009

La nouvelle gare multimodale de Vesoul sur les rails

Deuxième phase d’un ambitieux projet de transformation du quartier de la gare, après la réalisation d’un nouveau pont-rail, les travaux de la nouvelle gare multimodale ont débuté cet été et se poursuivront jusqu’en 2011. Création d’un parvis piétons dans les tons calcaires du centre-ville, organisation des échanges entre les différents modes de transports, train, car, bus urbain, cyclistes et piétons, il s’agit d’un beau projet qui répond aux exigences de développement durable et dont la finalité est tout simplement la sérénité, la facilité et la sécurité.

A cette occasion, je renouvèle mon attachement aux transports collectifs dont notamment le fer pour lequel je suis convaincu que l’avenir lui donnera une place de plus en plus prépondérante. Jean-Louis Borloo a d’ailleurs présenté en Conseil des ministres le 16 septembre dernier la politique de la France en matière de fret prévoyant la création de véritable autoroute ferroviaire. A l’échelle de la Haute-Saône, je suis heureux d’avoir relancé l’idée d’une liaison ferrée Vesoul – Besançon qui viendra renforcer la ligne 4 (Paris-Mulhouse) et la situation avantageuse de carrefour pour l’agglomération vésulienne.

vue_aerienne_quatrier_de_la_gare_a_Vesoul.jpg

21 septembre 2009

Une semaine cruciale pour le climat

Comme vous le savez, cette semaine, le Président de la République est à New York pour l’Assemblée générale des Nations-Unies, avant de se rendre jeudi à Pittsburgh pour le sommet du G20 en réponse à la crise économique.

Cette semaine est importante parce que le sujet du changement climatique sera abordé à de nombreuses reprises. Comme vous le savez, la France plaide pour que le sommet de Copenhague de décembre soit conclusif et permette l’adoption d’un traité qui dessinera le régime post-Kyoto après 2012. Cette vision des choses devra être partagée avec nos partenaires, d’où l’importance de ces réunions à New York.

climat.jpg
AFP-Groenland

La France souhaite que des avancées soient actées avec des objectifs concrets en termes d’augmentation limitée des températures, des réductions individuelles et globales de l’émission des gaz à effet de serre…

Dans ce contexte, le Président de la République souhaite que les pays en développement ne soient pas oubliés, notamment l’Afrique.

Menacée par la montée des eaux, ou encore les changements brusques de saisons, l’Afrique n’a contribué que peu au réchauffement de la planète.

emissions-carbon.jpg
AFP

Par ailleurs, le potentiel en énergies à faible émission de carbone des pays en développement est considérable et sous-exploité. C’est particulièrement vrai pour les énergies renouvelables. A cette fin nous proposons un plan pour que l’énergie soit accessible à tous les africains tout en respectant les exigences de développement durable.

Le défi est majeur :

- dans les zones rurales, le taux moyen de personnes ayant accès à l’électricité descend jusqu’à 8%.

- sur l’ensemble du continent seuls 3 à 4 % des Africains ont accès aux énergies renouvelables.

Je ne manquerai pas de vous tenir informés des suites de ce dossier qui me tient beaucoup à cœur.

12 septembre 2009

La finale nationale de labour ce week-end à Malbouhans en Haute-Saône

Ce week-end à Malbouhans en Haute-Saône, a lieu un événement important pour les agriculteurs : la finale nationale de labour. Les Jeunes Agriculteurs, qui organisent cette compétition, attendent plus de 60 000 visiteurs pour cette 56ème édition. N’oublions pas qu’il s’agit de la plus grande manifestation agricole en plein champ de France.

A côté de la partie « compétition » de la finale, c’est une belle fête qui est organisée autour des métiers de la terre. Trois fermes éphémères sont construites pour cette occasion afin de mettre en valeur toute une profession.

C’est avec grand plaisir que j’assisterai à cet événement d’envergure nationale.

Mes collègues du Gouvernement, Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, et Michel MERCIER, Ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire, seront également présents.

Dans le cadre de mes fonctions de secrétaire d’Etat chargé de la coopération, j’ai pu constater toute l’importance de l’agriculture dans les échanges partenariaux entre les pays du Nord et du Sud. C’est une nouvelle forme de coopération qui a toute son importance, compte tenu des enjeux que nous avons collectivement à relever. Notre planète comptera 9 milliards d’habitants en 2050, contre environ 6 milliards aujourd’hui, entraînant une hausse des besoins agricoles et alimentaires.

Pour tout savoir de ce bel événement, cliquez ici !

26 août 2009

Un message de fermeté du Président de la République envers les banques

Convoquées hier à l’Elysée pour la septième fois en moins d’un an, les banques ont du répondre aux questions du Président quant aux attentes des français en matière de crédit, notamment des entreprises, mais aussi face au scandale engendré par l’attribution de bonus aux traders d’une entreprise aidée par l’État voilà quelques mois.

Cette réunion autour du Président de la République est un signe de fermeté, afin de renforcer la “transparence, le contrôle et la responsabilité”, ce que j’approuve complètement.

Ainsi, les bonus accordés aux traders. Depuis février dernier, la France est le seul pays à avoir un code contraignant en matière de rémunérations variables, une réglementation encore insuffisante néanmoins pour le Président qui a demandé à ce qu’elles soient encore restreintes. Pour aller en ce sens, la BNP a annoncé la baisse de moitié des bonus envisagés.

Par ailleurs, un système de bonus/malus sera mise en place, 1/3 des bonus indexés sur les bons résultats seront donnés la première année, les 2/3 restant étant donnés les années suivantes si les bons résultats se confirment.

Si les banques ne jouent pas le jeu, le Président a affirmé sa détermination à ne plus leur confier de missions.

Cette mission de contrôle sera assurée par l’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Michel Camdessus.

Ces mesures n’ont évidemment de sens que si elles sont appliquées au niveau international, c’est l’objet de propositions que fera la France lors du prochain sommet du G20 qui aura lieu fin septembre à Pittsburgh.

Informatique et libertés | Crédits | Signaler un bug