Blog-Notes d'Alain Joyandet

14 janvier 2008

Mes voeux pour 2008

Monsieur le Préfet,
Chers Collègues et élus,
Mesdames et Messieurs les responsables d’associations,
Personnalités de la Société civile, militaire et religieuse,
Mesdames et Messieurs, Cher(e)s Ami(e)s,

****

Aujourd’hui ont eu lieu les obsèques du Président du Conseil Régional de Franche-Comté. Dès samedi dernier, j’ai rendu hommage à Raymond Forni dont le * parcours personnel et professionnel fait désormais de lui une personnalité de l’histoire franc-comtoise. Bien que n’ayant pas les mêmes engagements, je veux publiquement – à nouveau – saluer son courage pour avoir – malgré la maladie -, assumer ses responsabilités politiques jusqu’au bout. Je vous propose d’observer une minute de silence en son honneur.

****

Bienvenue à toutes et à tous pour notre désormais traditionnelle soirée des vœux. Cette soirée est l’occasion de nous rencontrer et d’évoquer ensemble le lien qui nous unis : Vesoul, notre ville, le nouveau Vesoul.

LE NOUVEAU VESOUL

On nous dit souvent que Vesoul est devenue une belle ville, où il fait bon vivre. Que ceux qui ne sont pas venus depuis longtemps sont étonnés de la métamorphose de notre cité.

C’est vrai. En une décennie, Vesoul a changé, notre ville est entrée dans le XXIème siècle et nous pouvons tous en être satisfaits :

  • notre centre-ville est rénové, modernisé, dynamisé
  • un tout nouvel hôpital sort de terre
  • le passage à niveau fait partie désormais de l’histoire
  • le Théâtre Edwige-Feuillère est reconstruit,
  • le centre culturel Jean-Marie Goux aussi
  • le stade René-Hologne refait à neuf : bravo aux footballeurs qui nous ont offert un nouveau 32ème de finale à Vesoul. Bravo aussi pour leurs bons résultats en Championnat.
  • Les travaux de l’église Saint-Georges seront achevés comme prévus à noël 2008.
  • Les zones d’activités, les Haberges et Technologia notamment, nous permettent de proposer aux entreprises un cadre de développement.
  • Enfin, notre action sociale et éducative, soit directe, soit en soutenant les associations, est exemplaire.

Autant de défis que nous avons relevés, gagnés pour la plupart, et qui font que notre ville et toute notre agglomération se développent, fortes d’une économie renforcée, d’un service public soutenu, d’un cadre de vie préservé, et tout simplement d’une confiance retrouvée.

Mais c’est déjà le passé et je voudrais évoquer devant vous ce soir les cinq grands enjeux qui s’imposent à nous dans l’avenir.

1. NOTRE ECONOMIE

C’est d’abord la logistique industrielle, notre fer de lance, le savoir-faire de PSA Peugeot-Citroën Vesoul. L’entreprise nous avait demandé de l’aider à gagner une heure dans ses délais de livraison entre Vesoul et Langres pour que le site de Vesoul conserve sa compétitivité de centre mondial des pièces détachées.

C’était la condition du développement de l’emploi.

Nous avons l’assurance de gagner déjà vingt minutes avec la réalisation de l’autoroute Langres-Vesoul et notamment la déviation de Port-sur-Saône.

Le doublement du « Pont Peugeot » va apporter également un gain de temps de vingt minutes pour la logistique interne au site et permet aussi de désengorger la route départementale au quotidien de près de 1000 camions. Les travaux sont en cours. Le pont sera livré au printemps.

De son coté, Peugeot a également investi dans son système informatique, pour raccourcir aussi les délais en interne (également vingt minutes).

L’aboutissement positif de ces différents dossiers a permis de créer un climat serein propre à rassurer l’un des principaux acteurs économiques de notre département et il nous le rend bien. N’oublions pas que Peugeot à créé plus de 1000 emplois durables en quelques années.

Nous devrons donc être attentifs aux délais de réalisation de l’autoroute. C’est capital.

Il ne doit pas y avoir un mois qui passe sans que nous vérifions ce qui passe dans ce dossier.

Ce qui est vrai pour les grandes entreprises, l’est aussi pour les petites. Nous sommes tous très fiers de ce qu’est devenu notre centre-ville tant sur le plan du cadre de vie que celui du petit commerce auquel nous sommes tous très attachés. Nous avons lancé au début de l’année 2007 une nouvelle opération d’aide aux investissements cofinancé par l’Etat, le Conseil général, la Ville de Vesoul avec la collaboration de la chambre de commerce et celle des métiers. Je formule le vœu qu’une majorité de commerçants nous rejoignent dans cette opération pour que notre centre-ville conserve sa modernité et son attractivité.

2. NOTRE ENVIRONNEMENT

Autre enjeu de taille qui s’impose également à la collectivité et à l’ensemble de nos concitoyens, c’est celui de l’environnement. La révolution des mentalités s’est produite. Chacun à désormais conscience que la préservation de l’environnement est une nécessité, motivé il est vrai par une hausse du prix du pétrole qui fait des ravages dans nos porte-monnaie.

A tous les niveaux des pouvoirs publics, européens, nationaux, régionaux et locaux, nous devons nous engager vers une démarche environnementale. Notre ville, comme toutes les autres d’ailleurs, devra elle aussi concrétiser sur le terrain des actions en faveur de l’environnement que ce soit sur le plan des économies d’énergies, du tri des déchets, de la qualité de l’eau, etc….

Je propose que le nouveau quartier que nous allons construire sur le site de l’ancien hôpital soit un modèle en terme de HQE (haute qualité environnementale) et d’économie d’énergie. C’est en 2008 que cela va se décider.

Beaucoup de choses ont d’ores et déjà été faites, je pense notamment à la station d’épuration et au tri sélectif portés par la Communauté de communes. Nos collectivités devront forcément accélérer le mouvement même si à chaque fois, il nous faut rechercher l’équilibre entre le développement économique que j’évoquais tout à l’heure et la préservation de notre environnement.

Cela s’appelle du développement durable et je crois que c’est une démarche désormais universelle que chacun doit s’approprier, à fortiori la collectivité.

3. NOS VOIES DE COMMUNICATION

Un mot également sur les communications directement liées à cette notion de développement durable.

A n’en pas douter, notre ville et notre agglomération sont d’ores et déjà confrontées à l’enjeu de la communication que ce soit par la route, le fer, ou même la communication dématérialisée mais tout de même bien concrète de l’Internet et de tout ce que cela induit comme changement dans notre conception des échanges.

Vesoul est au cœur de profonds changements : l’autoroute est acté, le TGV aux portes de Vesoul annoncé dans un contexte où les villes et les territoires sont en réseau et où l’on n’hésite plus vraiment à vivre à Besançon et travailler à Vesoul et vice-versa.

L’année 2007 fut marquée par une victoire pour la ligne Paris-Bâle : le retour à un train du matin à une heure acceptable permet à la ligne 4 de conserver son attractivité en ligne directe avec Paris. Il nous faut néanmoins aborder l’arrivée du TGV avec pragmatisme et des changements à l’horizon 2011 me paraissent inéluctables.

2008 doit voir s’engager la réflexion concrète et les études de la liaison TGV Vesoul – Auxon. Je suis très heureux que cette idée de relier la gare de Vesoul au TGV à Auxon par le rail fasse son chemin, si je puis dire à grande vitesse. Après l’étonnement, l’adhésion se construit. Je l’ai constaté lors de nos réunions de concertation dans le cadre de « Vesoul 2020 ».

Sur le plan des routes, nous avons signifié à l’Etat et à nos partenaires notre priorité pour la réalisation de la déviation Est. Ce barreau situé entre Quincey et Vallerois-Lorioz pour lequel toutes les déclarations d’utilité publique sont prises permettra de dévier une part importante de circulation venant de Lure ou Luxeuil et qui aujourd’hui traverse tout Vesoul pour rejoindre la route de Besançon.

S’agissant de la RN19 et du franchissement de Vesoul, je reste convaincu que le contournement par le nord dans sa version courte reste la meilleure des solutions à la fois pour les riverains qui subissent les nuisances de la circulation mais aussi pour assurer de nouveaux espaces de développement qui ne pourraient pas voir le jour avec une 2×2 voies coupant notre agglomération en deux.

La concertation publique menée par l’Etat à l’automne ne fait que confirmer le sentiment que nous avions exprimé à l’unanimité dans notre intercommunalité.

Des décisions devraient intervenir en 2008 à la fois pour le barreau Est et le contournement nord.

Enfin, sur le plan de l’Internet, Vesoul devra savoir garder l’avance que nous avons toujours eue depuis une douzaine d’années.

4. NOS SERVICES PUBLICS

Comment ne pas évoquer nos services publics dans notre ville – préfecture, où, à coté de l’emploi privé, l’emploi public revêt une importance particulière. Du professeur des écoles au gardien de la paix, de l’infirmière à l’agent des administrations, la diversité des métiers et des services publics présents dans notre ville est un atout qu’il nous faut préserver, réformer si nécessaire, mais aussi consolider, et nous nous y employons.

Je dis souvent que Vesoul doit reposer sur ses deux pieds, à la fois celui du service public et celui de l’économie privée.

Récemment encore, notre ville préfecture s’est vue confortée par la réforme de la carte judiciaire avec une extension du périmètre de compétence des tribunaux d’instance et de grande instance tout en maintenant la présence du tribunal de commerce et du conseil de Prud’hommes. C’est une réforme que j’ai personnellement soutenue d’abord parce qu’elle me parait essentielle pour l’organisation même de la justice et de l’instruction des dossiers. Je me réjouis aussi qu’elle vienne conforter notre ville en tant que chef lieu du département de Haute-Saône. La meilleure preuve, c’est qu’avec Monsieur le Procureur de la République, nous cherchons la solution immobilière pour accueillir les fonctionnaires supplémentaires.

A n’en pas douter, l’évolution de nos services publics sera un enjeu important pour l’avenir de Vesoul.

Le nouvel hôpital avec plus de 1200 emplois, le passage de l’agglomération en zone police avec une vingtaine d’agents en renfort, la création de la brigade anti-criminalité, l’ouverture de formations supérieures à l’IUT et en BTS, nos écoles de quartiers, sont d’ores et déjà des acquis importants pour notre ville.

Notre service public devra aussi mieux intégrer les évolutions sociétales qui s’imposent à nous et notamment le vieillissement de la population pour laquelle nous devons proposer des solutions pour une prise en charge équilibrée entre le « chez soi » et le « médical ».

De même, l’évolution de l’emploi dans notre agglomération nous impose aussi de proposer dans le bassin vésulien, des solutions nouvelles de gardes des enfants. L’emploi féminin particulièrement élevé à Vesoul avec souvent des horaires décalés sont autant de contraintes pour le retour à l’emploi et tout simplement pour l’organisation de la famille auxquelles il faudra donner une réponse.

5. NOTRE INTERCOMMUNALITE

2008 doit être aussi une année importante pour l’avenir de notre collectivité, ville et intercommunalité, tout est lié.

Après les échéances électorales, il est capital de remettre à plat les responsabilités respectives des communes et de la communauté. C’est un chantier capital que nous devons ouvrir sur la base de la logique, de la justice, de la gestion exemplaire des deniers publics.

Je sais que de nombreux collègues maires de l’agglomération nous font l’amitié d’être ici ce soir, que jamais l’intercommunalité n’a été aussi présente et indispensable à l’action collective et je tiens à féliciter publiquement son jeune Président, Alain Chrétien, et l’ensemble de mes collègues maires de la Communauté de communes.

J’appelle donc à une nouvelle étape – sans doute historique – de notre coopération intercommunale pour encore plus d’efficacité de notre service public de proximité.

Il en va aussi de l’ensemble de notre développement socio-économique.

Que l’on travaille à Vesoul en habitant Pusy, que l’on vive à Frotey en travaillant à Vaivre ou Noidans, il est une évidence : nous utilisons les mêmes services publics, nous adhérons aux mêmes associations, nous fréquentons le même hôpital, etc…

L’échelle intercommunale trouve toute sa pertinence dans des domaines de plus en plus variés : elle a prouvé sa compétence à gérer le tri sélectif ou bien à créer des équipements importants tel que le Ludolac et je pense, qu’elle prouvera sa pertinence, c’est la suite logique des choses, dans bien d’autres domaines.

****

Vous le voyez, les chantiers importants sont nombreux et seront passionnants. Nous avons tous les atouts pour préparer un avenir prometteur à nos enfants, ici à Vesoul, en Haute-Saône, si nos collectivités et tous les acteurs privés travaillent dans le même sens. C’est que j’ai toujours tenté d’articuler.

Cela me parait essentiel pour entraîner avec nous, tous ceux que la vie n’épargne pas, tous ceux qui vivent des difficultés au quotidien et qui ont besoin du soutien de la collectivité pour se relever et reprendre leur route.

Il nous faudra encore être présents sur tous les registres :
1)imaginer et réaliser les grands projets
2)veiller sur la qualité de vie au quotidien
3)ne jamais laisser personne au bord du chemin.

****

Merci à toute notre équipe d’élus. Nos adjoints : Claudine, Véronique, Anne, Jean-Claude, Alain, Raymond, Guy, Denis, Stéphane et à tous les conseillers.

Merci à nos fonctionnaires territoriaux et nos directeurs : Christophe Tary, Jean-Yves Burette, Jérôme Saintigny et tous ceux qui les entourent. Merci aussi aux fonctionnaires des autres collectivités ou de l’Etat.

Merci au Conseil des sages, au Conseil des jeunes.
Merci à toute l’équipe qui a préparé cette soirée.
Merci à vous toutes et à vous tous d’être présents ce soir. J’espère que toutes ces informations vous rendront ce moment utile et – je le souhaite – agréable.

Vous êtes le rassemblement de toutes les énergies, publiques, privées, que nous avons voulu construire patiemment. Quels que soit vos engagements, vos origines, nous voulons que vous ayez votre place à part entière dans l’action collective.

Nous n’avons de cesse de vous consulter, de vous écouter, de vous soumettre nos projets pour mieux les réaliser ensemble, dans la passion.

On ne fait rien sans passion, celle qui décuple l’énergie imaginative et procure le bonheur.

Du bonheur, je vous en souhaite beaucoup, dans votre activité, dans votre famille, à chacune et chacun d’entre vous pour cette année 2008 qui commence.

Merci pour cette chaleur émouvante que je ressens dans nos relations quotidiennes…

7 décembre 2007

Et la lumière fut!

Vesoul s’illuminera alors de 150 000 lucioles et grâce à l’apparition du fil lumière dans les décors, il est possible désormais d’avoir une grande variété de motifs pour une consommation limitée (16,4 W au mètre) ainsi que des animations à l’aide de programmateurs. Sans oublier la pose des guirlandes sur les candélabres qui nécessite 4250 lampes de 15 W chacune. Durant 7 semaines le personnel des services techniques La Ville de Vesoul s’est mobilisé pour préparer les illuminations de Noël.

Cette année encore l’accent est mis sur les économies d’énergie avec la mise en place de guirlandes à leds en remplacement des lucioles. Les 28 arbres du boulevard éclairés autrefois par 11200 lucioles pour une puissance de 6 720 watts sont maintenant illuminés de 11200 leds pour une puissance de 952 watts, soit 5 768 watts d’économie. La place Edwige-Feuillère sera équipée de 13400 leds bleues pour une puissance de 1104 watts au lieu de 4224 watts. Les arbres de la gare brilleront de 3360 brins de glace pour une puissance de 200 watts. L’arbre à l’angle de la Mairie, il est illuminé de 2600 leds bleues et de 60 losanges blancs pour une puissance de 371 watts.

Les nouveautés 2007 se situent entre autre sur la place du commerce aux Rêpes où quatre motifs doubles «blizzard» ont été installés sur les candélabres. Deux nouveaux motifs «limbe» ont été mis en place Rue des Ursulines en continuité avec la Rue d’Alsace-Lorraine.

Au-delà de la magie du spectacle, sous l’impulsion de Claudine Gillot, Maire-Adjoint au Commerce et à l’environnement, la ville de Vesoul souhaite faire passer des messages forts concernant les économies d’énergies, les énergies renouvelables et la protection de l’environnement. Ainsi les 10 chalets d’automates répartis sur toute la commune seront à la fois ludiques et explicatifs.

Cette féérie est à découvrir à partir du 7 décembre jusqu’à la deuxième quinzaine du mois de janvier 2007. En ce qui concerne le démontage, 15 jours seront nécessaires aux services de la ville de Vesoul.

__
NB: N’oubliez pas de faire un don pour le Téléthon! au 3635 ou
Faites un don sur www.telethon.fr !
Le don en ligne sur le site du Téléthon, c’est 1 euro de plus pour la recherche !
Parce qu’il ne nécessite ni traitement, ni acheminement postal, le don sur Internet par carte bancaire permet de réduire les frais de collecte du Téléthon. Une économie estimée à 1 euro pour chaque don. C’est donc 1 euro de plus pour la recherche !

21 novembre 2007

Ce que je pense de la manifestation des buralistes

Cette disposition sera complétée dès le 1er Février 2007 pour “tous les lieux fermés et couverts qui accueillent du public ou qui constituent des lieux de travail”, “dans les moyens de transports collectifs“ ; “dans les espaces non couverts des écoles, collèges et lycées publics et privés, ainsi que des établissements destinés à l’accueil, à la formation et à l’hébergement des mineurs“.

Je considère que cette loi est nécessaire. Dans la droite ligne de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, “la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.” Aussi, je crois que chacun a le droit de dîner, de voyager, de travailler dans un environnement sain, sans tabac. Nul n’est besoin de rappeler ici quels sont les ravages de la cigarette en terme de maladie et de mortalité, tant pour les fumeurs que pour ceux qui la subissent.

Néanmoins, je comprends que les buralistes soient choqués que le produit qu’ils vendent ne puisse être consommé sur place, par exemple dans les bars-tabac. Un aménagement pourrait être possible afin que l’impact de ces nouvelles dispositions ne soit pas synonyme de difficultés financières voire de faillite. Car en effet, en Haute-Saône, 36 débitants de tabac ont fermé, sur les 175 que l’on comptait en 2003. Près de 46% d’entre eux sont des bars tabac et l’on comprend leur mobilisation.

11 novembre 2007

Réponse à une question locale: Quel est votre avis sur deux mesures précises du Grenelle de l’environnement?

Pour préciser certains aspects, je vous propose deux mesures sur lesquelles je vous donne mon avis.

La première concerne la mise en oeuvre d’un ambitieux plan du bâtiment.
Comme proposé par les groupes de travail, je considère qu’il faut soumettre les constructions neuves dès 2010 à des normes de très hautes performances.
Je crois également utile de préparer une loi visant à ce que les bâtiments anciens soient aux normes environnementales, avec un échéancier et des aides bien sûr. Enfin, les édifices publics se doivent de donner l’exemple et doivent être aménagés de manière à économiser l’énergie. Les collectivités locales en particulier devraient lancer un grand plan de modernisation de leur par immobilier.

La seconde concerne une mesure évoquée lors des débats mais justement écartée dans les conclusions. Il s’agit de la proposition de rouler 10 km/h moins vite sur les routes et autoroutes pour économiser du carburant et ainsi moins polluer. Je crois que cette idée était absurde, non prouvée scientifiquement et je me félicite qu’elle ait été écartée. Trop c’est trop.

4 novembre 2007

Réponse à une question locale: Quelle est la marge de manoeuvre d’un Député UMP dans une majorité UMP?

Tout d’abord, je considère avoir été élu par mes concitoyens, habitants de le 1ere circonscription de Haute-Saône, pour représenter les enjeux locaux au niveau national. Cette responsabilité est importante et reste toujours à mon esprit.

Je suis, en outre, partie prenante d’une majorité nationale, élu sur un projet incarné par mon programme législatif personnel mais aussi national. Je me suis engagé au sein de l’UMP, aux cotés du Président de la République parce que nous partageons certaines valeurs et avons la volonté de faire avancer des dossiers qui nous tiennent à coeur.

Pour cela, je suis l’un des éléments d’application de la politique économique, sociale, environnementale.

Cela ne m’empêche pas de garder mon libre arbitre et d’exercer mes droits en tant qu’élu: je dépose des amendements, je propose des modifications de certains textes, je travaille en amont des décisions nationales, notamment dans le cadre du Grenelle de l’environnement, sur le dossier de la carte judiciaire ou encore dans le cadre de la réforme des institutions.

Les textes publiés sur ce blog sont l’exemple de mes prises de position, à la fois personnelles et solidaires de la majorité à laquelle j’appartiens.

1 novembre 2007

La fin probable de l’incinération y compris en Haute-Saône

Lors de son discours de clôture du Grenelle de l’Environnement, le 24 Octobre, le Président de la République a affirmé : « La priorité ne sera plus à l’incinération mais au recyclage des déchets. Nous retiendrons toutes les propositions qui permettent d’interdire ou de taxer les déchets inutiles comme le « suremballage ». Il faudra prouver pour tout nouveau projet d’incinérateur qu’il s’agit bien de l’ultime recours. »

Je suis tout à fait d’accord avec cette position, qui condamne à terme, l’incinération. Il rejoint le soucis des élus locaux dont je suis.

En effet, en Haute-Saône, les déchets non triés devant être valorisés de façon énergétique représentent plus de 332 kg par habitant et par an, alors que l’objectif fixé est de 284kg. Actuellement, la capacité de traitement de l’usine d’incinération de Noidans le Ferroux est de 172kg, ce qui signifie que près de 160kg en trop doivent être traités…ou épargnés!

En effet, on nous présente l’idée d’un deuxième four d’incinération pour traiter ces déchets comme la solution, ce à quoi je m’oppose fermement.

Au contraire, je me suis engagé pour le tri sélectif en porte à porte, notamment à Vesoul, parce qu’il permet une baisse des volumes à traiter et une facture allégée pour nos concitoyens.

Je suis heureux de voir que ma position est aussi celle qui est jugée la plus réaliste et gage de développement durable au plus haut niveau.

Vous pouvez compter sur moi pour défendre cette position malgré les appels à la facilité que certains lancent en direction de l’incinération.

28 octobre 2007

Réponse à une question locale: Le Grenelle de l’environnement, véritable prise de conscience politique?

Dans ce cadre, les six groupes de travail réunissant les acteurs du développement durable en France (État, parlementaires et élus locaux, entreprises, salariés et associations environnementales) ont fait des propositions de mesures susceptibles de faire répondre l’État, la société, et l’économie aux enjeux environnementaux, dans un souci de développement et de compétitivité de l’économie française.

Le Président de la République, en présence d’Al Gore, Prix Nobel de la Paix 2007, a conclu cette concertation, jeudi, en mettant en avant l’engagement véritable de tous les acteurs de ce projet, au-delà des opinions politiques de chacun, et les propositions fortes qui ont été faites.

C’est la première fois dans l’histoire de notre pays que le Président de la République lui-même s’engage autant sur ce sujet. Encore une fois, tout est question d’équilibre. L’action qui découle de cette grande concertation sera couronnée de succès si elle est comprise. Pour cela elle doit être juste, proportionnée aux enjeux et source de développement.

Je suis très fier que ce soit notre majorité qui soit à l’origine de cette grande démarche d’intérêt général.

3 octobre 2007

Dès le 9 octobre, participez à Vesoul-2020 ! (www.vesoul-2020.fr )

C’est dans cette optique que j’ai chargé Alain Chrétien, Président de l’agglomération de Vesoul, d’organiser les premiers échanges autour de ce projet. Nous avons donc le plaisir de vous inviter à des réunions d’échanges et de réflexions pour imaginer l’avenir de notre ville selon plusieurs thèmes :

  • Communications (routes, rails, NTIC,…) :

Mardi 9 octobre 2007 à 20h30, Maison des associations (rue Jean-Jaurès).


  • Developpement economique, action sociale :

Jeudi 11 octobre à 20h30, Espace Villon (Montmarin)

  • Urbanisme, environnement, logement :

Jeudi 18 octobre 2007, Espace Villon (Montmarin).

  • Services publics et éducation :

Vendredi 19 octobre 2007, Maison des associations (rue Jean-Jaurès).


  • Rayonnement culturel, sportif :

Mercredi 24 octobre 2007, Espace Villon (Montmarin).

Nous mettons également en ligne un blog www.vesoul-2020.fr à la disposition de tous ceux qui veulent participer à cette réflexion.

Je compte sur votre participation !

2 octobre 2007

Liberté des universités

Le texte met en place de nouvelles missions et une meilleure gouvernance pour nos universités et servira de base aux réformes futures, articulées autour de cinq grands axes : les conditions de vie étudiante ; les carrières des personnels ; la gestion de l’immobilier et des équipements ; la situation des jeunes chercheurs ; la réussite en licence.

Parallèlement, le Gouvernement a prévu d’augmenter le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche de 1,8 Milliards d’euros, soit une augmentation de 18% par rapport à 2007. Cet effort dépasse de loin les 10% d’augmentation annuelle déjà promis par le Président de la République. Mais pour que cet investissement sans précédent soit efficace, il faut au préalable rendre nos universités réellement opérationnelles.

Pour en savoir plus:

Les droits d’inscription vont-ils augmenter du fait de la réforme ? NON, ils restent fixés au niveau national, que les universités soient autonomes ou pas.

Les diplômes vont-ils conserver leur caractère national ? OUI, ils conservent leur caractère national et la procédure d’homologation reste inchangée.

La concurrence entre les universités va-t-elle être exacerbée ? NON, chaque université a vocation à trouver le profil qui lui convient pour s’intégrer au mieux dans son environnement et développer ses propres pôles de compétence. Les établissements seront donc complémentaires, pas concurrents.

Les universités pourront-elles se regrouper pour profiter au mieux de l’autonomie ? OUI, les parlementaires ont inséré dans le texte une disposition facilitant le regroupement des universités afin de leur permettre de gérer au mieux leurs nouvelles responsabilités.

Qui décide du développement ou de la suppression de filières de formation ? Le CA de l’université peut demander à ce que soit inscrit dans le contrat pluriannuel la création, la suppression ou le regroupement de composantes. Toutefois, il doit obtenir l’accord de l’Etat sur son projet.

2 janvier 2007

Vesoul-Agglo 2020 : réflexion pour l’avenir de l’agglomération vésulienne

Ensemble, depuis 12 ans, nous avons réalisé le « nouveau VESOUL ». et je crois que l’expression est juste.
Nous avons – de justesse d’ailleurs – évité à Vesoul et notamment à son grand service public de santé, de voir son destin partagé entre le Doubs et le Territoire de Belfort. J’y reviendrai.

Mieux même, voilà que le développement est là. Chacun le constate.

  • Dans un premier temps de mon propos, je reviendrai sur cette œuvre commune.
  • La 2ème partie consistera en une proposition que j’ai à vous faire pour l’avenir. En effet, je crois qu’il est temps de tracer les grandes lignes de ce que pourrait être Vesoul en 2020 au cœur de la Franche-Comté, au centre de l’Europe des échanges.

I – Le nouveau VESOUL

Souvenons-nous du Vesoul que nous connaissions il y a 10 ans. En arrivant par le Nord ou l’Est, par la RN 19 à droite, ce n’était qu’une pâture. C’est aujourd’hui Vesoul technologia avec 30 entreprises, près de 400 emplois et un pôle logistique en son sein.

Un peu plus loin, si on bifurquait à la Vaugine, direction Besançon, de chaque côté de la rocade ouest : des pâtures à droite et à gauche, à l’exception de la clinique Saint Martin et du Lycée des Haberges. Aujourd’hui, c’est une ruche. Il n’y a pratiquement plus de terrains : là se construit un pôle d’excellence de santé public/privé – qui n’a pas d’équivalent dans toute la région, auquel se greffent des activités de services à la population comme cet imposant multiplex de cinéma, des commerces et des habitations supplémentaires.

Plus loin encore en continuant le cheminement par le carrefour du Durgeon en direction du centre ville, notre fameux passage à niveau 214 fermé 20 fois par jour – en plein milieu de l’axe principal du centre – La progression en centre ville dans la rue principale ne pouvait alors se faire quasiment qu’en automobile puisque c’était son règne sur 4 files avec des trottoirs de 1,50 m de chaque côté – avec plus de 20 magasins fermés.

Aujourd’hui, qui voudrait changer le centre actuel pour revenir à celui de 1995 ?

Qui conteste que la rénovation du centre ville a tout changé en terme d’image, d’échanges socio-économiques, en terme de mixité sociale aussi. Le tout réalisé en pensant aux personnes à mobilité réduite.
Et voilà même que l’incroyable se produit en centre ville avec ces travaux gigantesques qui verront la disparition du passage à niveau dès la fin de cet été et la naissance d’un nouveau quartier autour de la gare sur lequel je ne veux pas revenir en détail, avec ses parkings et sa gare multimodale.

De l’autre côté du centre, en poussant un peu, il n’y avait franchement pas de quoi être fier des Halles, de notre théâtre Edwige Feuillère ni des vestiaires – tribunes du stade René Hologne, pas plus d’ailleurs que des locaux de notre formidable école de musique.

Je passe sur de très nombreuses réalisations dans les écoles notamment – nous en avons rénové 5 et je ne reviens pas sur nos politiques éducatives, sportives, culturelles, sociales et environnementales – avec ses pistes cyclables, pas plus que sur notre action de proximité au quotidien pour l’ensemble de nos concitoyens. C’est le NOUVEAU VESOUL, C’est Vesoul pour tous tel que nous l’avions imaginé.

Pas plus que je ne m’étendrai sur notre gestion financière et fiscale.
La Chambre régionale des comptes a – à deux reprises – clos le débat. c’est bien la preuve que l’on peut faire du développement et de la qualité de vie sans augmenter les impôts.

Chers amis, ce « NOUVEAU VESOUL » nous l’avions pensé, réfléchi, programmé – globalement, complètement – dès 1995. Nous y avons travaillé dès notre prise de responsabilité, sans dévier pendant plus de 10 ans de cette vision d’ensemble qui donnait tout son sens à notre action que je tenais à décrypter ce soir.
Pour mieux vous faire toucher du doigt ce qu’a été la cohérence conceptuelle de notre action publique.

Je sais que le scepticisme a existé.

  • Refaire à neuf tout le centre ancien
  • Décrocher la construction d’un hôpital neuf à Vesoul !
  • Supprimer le passage à niveau
  • Reconstruire à neuf le théâtre Edwige Feuillère
  • Créer un nouveau centre culturel
  • Livrer un stade René Hologne neuf, une salle de gymnastique
  • Et bien d’autres équipements
  • Relancer le formidable site touristique du lac avec son Ludolac, ses tous nouveaux tennis, son camping
  • Créer deux zones d’activités ex-nihilo : les Haberges et Vesoul technologia.

Je sais qu’à l’époque, peu d’observateurs y croyaient. Et si je reviens sur tout cela, c’est pour mieux affirmer qu’il n’y a jamais de fatalité : que la détermination et le travail sont toujours récompensés

  • qu’il faut toujours avoir une réflexion d’avance – globale si possible
  • qu’il faut toujours avoir plusieurs dossiers prêts à l’affût de nouveaux financements.
  • qu’il faut toujours être en mouvement.

Cette belle action depuis 12 ans a remis Vesoul sur les rails – elle ne doit pas être suivie d’une période contemplative. Nous perdrions à nouveau du terrain.
Nos partenaires privés et publics ont besoin d’assurance sur notre détermination de ne pas en rester là.
Il est donc de notre responsabilité de tracer très vite les grandes lignes de Vesoul 2020.
Avec la permission de mes collègues maires présents ce soir je dirais
« Vesoul agglo 2020 »
Ce pourrait être le générique d’une nouvelle œuvre de développement durable.
Et c’est le deuxième point de mon propos.

II – VESOUL AGGLO 2020

Je vois au moins 7 directions vers lesquelles travailler

Les voies de communications

A/ Les routes

Nous avons obtenu l’accord du gouvernement pour la liaison Langres – Vesoul en autoroute. Le dossier Vesoul – Delle en 2 fois 2 voies se poursuit. Nous devons maintenir la pression sur les délais. L’ Association Pour la Construction d’une Liaison Rapide Langres – Vesoul – Delle (ACLR) , que je préside sera attentive au quotidien.
Le dossier autoroutier s’élabore : le ministre de l’équipement a signé le protocole en juillet dernier et la Commission nationale du débat public s’est prononcé en décembre dernier. Elle a confirmé l’intérêt européen de l’autoroute. Que de temps gagné et de procédures déjà réglées.

Entre les deux tronçons de l’Ouest et de l’Est nous devons réaliser le passage dans notre agglomération.
Je rappelle que tous les élus de la Communauté de communes de l’Agglomération Vésulienne se sont prononcés pour le contournement Nord court. La Commission nationale du débat public va dans notre sens, en recommandant que les différentes options prennent en compte le coût du projet urbain. On verra alors que le contournement court, que nous appelons de nos vœux, prendra toute sa pertinence.

Dans le cadre du nouveau plan de financement des routes (PDMI), nous devons absolument obtenir le tronçon de la RN 57 entre Quincey et Vallerois Lorioz. C’est important pour alléger la RN 19 du transit routier venant des Vosges et de Belfort en direction de Besançon.

Notre agglomération de Vesoul est ainsi à la croisée de deux grands axes de développement Nord – Sud / Ouest – Est – RN 19 – RN 57 – au centre de l’Europe ; notre agglomération bénéficiant d’une espèce de grand boulevard périphérique ni trop loin ni trop près permettant à la fois la desserte facile de nos communes et quartiers et offrant de nouveaux espaces de développement économique.
Voilà un vrai plan global routier.

B/ Le rail

Je crois au rail. Il se développera beaucoup plus et se modernisera. Il ne faut donc pas rester à l’écart.
Tout en préservant la ligne 4 Paris – Bâle, je vous propose que nous commencions à travailler à la reconstruction d’une liaison ferrée entre la ligne 4 et la ligne TGV Rhin – Rhône, c’est-à-dire entre la gare de Vesoul et la future gare d’Auxon.
Je ne crois pas que ce soit utopique.
Ce serait faire d’une pierre deux coups : consolider la Paris – Bâle et donner à la Haute-Saône un véritable accès direct au TGV avec l’idée rendue possible de voir un jour des TGV en gare de Vesoul lorsque notre développement économique – auquel je crois – le rendra nécessaire.

Voilà un beau projet, mobilisateur, comme ceux que nous avons conduit et que je viens de vous rappeler.

C/ notre plate-forme multimodale

Je suis heureux qu’elle ait été sauvée. C’est un élément capital de notre activité industrielle dans la logistique.

Développer notre industrie

Diversifier notre industrie est un devoir. Nous avons une spécificité – en Franche-Comté et sur le Grand Est – nous sommes les meilleurs en logistique industrielle.
Nous savons livrer dans toute la France, l’Europe et le monde. Alors il faut rechercher activement de nouvelles industries dans la logistique, dans d’autres secteurs que l’automobile.
Peut-être devons-nous nous doter d’une force spécialisée en prospection pour mettre en œuvre une action spécifique dans le domaine logistique au profit de notre agglomération pour tenter notre diversification industrielle.

Nos succès dans les dossiers de voies de communication nous permettent d’être compétitifs par rapport aux autres agglomérations. Cette activité de logistique a le mérite d’être peu polluante et pas en concurrence avec l’international.
Cette stratégie de développement de la logistique est cohérente avec notre savoir-faire, notre situation géographique et les décisions nationales importantes que nous avons obtenues en matière de voies de communication.
Pour accueillir ces nouvelles activités, il faudra décider de la création de nouveaux espaces d’activités, notamment en relation avec le dossier de voirie d’agglomération dont je vous ai parlé à l’instant.

L’enseignement supérieur

Il n’y a pas de développement économique sans association entre l’industrie, l’enseignement supérieur et la recherche.
Il faut déterminer avec le monde économique et l’université comment augmenter le nombre d’étudiants dans notre agglomération dans des matières utiles à notre développement, compte tenu de la spécificité de nos objectifs industriels et de services.
L’informatique me semble être au cœur de notre problématique locale.
Pourquoi pas une école d’ingénieurs en informatique ou en licence professionnelle BAC + 3 ?

Le logement

Nous devons être capables d’accueillir 2000 à 3000 familles supplémentaires d’ici à 2020.
Nous aurons aussi à repenser et à reconstruire un nouveau quartier dans la ville sur le site actuel de l’hôpital Paul Morel après que celui-ci se soit définitivement relocalisé aux Haberges.
Pour ce faire il faut construire de nouveaux logements et en réouvrir d’autres, actuellement fermés, parce que vétustes.
Un plan doit être réfléchi sur l’ensemble du grand Vesoul dans chacune des communes associant habitat individuel et collectif, logement social et privé, location et accession à la propriété.

Nouvelles technologies

Aucune famille, quels que soient son quartier d’habitation et son milieu social, ne doit être écartée de l’Internet à haut débit. L’accès au savoir pour tous est un enjeu démocratique. A l’image des routes et des rues de notre agglomération, je souhaite que l’internet à haut débit soit à terme en libre accès partout dans le grand Vesoul.
Par ailleurs, aucun projet public ou privé ne doit plus être conçu ou réalisé sans la préoccupation permanente des nouvelles énergies dites renouvelables et désormais moins chères – Les collectivités doivent donner l’exemple.
Nous venons de prendre la décision de lancer une première l’étude pour l’énergie de nos bâtiments publics.

Nos services publics et l’aide aux familles

Nos services publics doivent être consolidés – C’est ce que nous avons réussi avec l’hôpital et avec notre grande régie municipale du service de l’eau dont vous connaissez la réussite.
Des services publics de qualité, c’est bon pour tout le monde, y compris pour les entreprises.
Nous devons innover dans le service aux familles pour tenir compte des évolutions sociétales.
De nombreuses places de crèche seront nécessaires. Nous devons également développer l’accueil auprès des assistantes maternelles.
Les services pour accompagner notre vieillissement doivent être réévalués. Nous devons faire preuve de beaucoup d’imagination dans les dispositifs.

La réflexion sur nos services publics devra forcément porter aussi sur la répartition des missions, mes chers collègues maires, entre la commune de Vesoul – les autres communes et notre intercommunalité.
De même qu’il faudra de toute évidence compléter ce projet Vesoul agglo 2020 par la liste des équipements structurants qui rendront service aux familles. C’est la concertation qui en décidera.
La communication interne à l’agglomération via les nouvelles technologies devra être renforcée, aussi bien pour l’information que pour renforcer le sentiment d’appartenance à notre communauté.

Le rayonnement de notre agglomération

Il n’y a pas de développement économique sans rayonnement culturel. Il n’y a pas de fierté collective sans résultats sportifs.

  • programmation culturelle
  • Festival des cinémas d’Asie
  • Festival Jacques Brel
  • Sports collectifs ou individuels médiatiques.

Autant de repères de communication, de sujets de fierté que nous devons porter haut.

Pourquoi ne pas créer une fondation pour soutenir ces différentes entreprises à impact national en termes d’images. Elle recevrait des fonds publics mais aussi privés.
Chaque fois que je rencontre quelqu’un qui vient à Vesoul pour la première fois ou qui n’y était pas venu depuis longtemps, j’enregistre le même témoignage positif.
Alors n’hésitons pas à faire parler de nous en soutenant ces initiatives, ces réussites portées à bout de bras par des passionnés.
C’est bon pour le moral en interne.
C’est bon pour l’image en externe.

                        *********

Voilà pour les grandes lignes. Si nous voulons ensemble construire cette future et importante agglomération à laquelle je crois.
Tout cela est évidemment perfectible et amendable. C’est une base de travail.

Je compte sur le conseil des sages, celui des jeunes, les associations, nos partenaires des autres administrations, les consulaires, les entreprises et bien sûr nos concitoyens.
Ce qui a été rendu possible pour notre « NOUVEAU VESOUL » peut l’être à nouveau pour ce grand projet, si nous le voulons.

Dire ce que l’on va faire.

Faire ce que l’on a dit.

S’arrêter quelques instants pour constater qu’on a pu le faire.
Remettre en route la machine à réfléchir l’avenir et avoir autour de soi des équipes prêtes à s’investir à nouveau dans l’intérêt général.

N’est-ce pas là l’honneur de la politique et la passion de l’engagement public ?

Informatique et libertés | Crédits | Signaler un bug