Blog-Notes d'Alain Joyandet

5 juin 2009

Aujourd’hui c’est la Journée de l’Environnement

“Tu tiens à ta planète ? Alors sers-toi de ta tête !”

Je tiens à souligner la belle initiative des associations Materre et NRJ.fr qui ont lancé un jeu-concours sur le thème : “Ton idée la plus folle pour la Terre et les années à venir”.

logo_nrj.jpg terre.jpg

Au-delà du rêve ou d’un simple délire personnel, les idées seront peut-être une réalité de demain, une bouffée d’air frais pour notre environnement et les générations à venir.

Le 5 juin, un jury de professionnels évaluera l’originalité, la générosité et pourquoi pas, la faisabilité de ces idées aussi folles soit-elles en apparence!

Je profite de l’occasion pour rappeler que le Ministère des Affaires étrangères est fortement impliqué dans la préservation des éco-systèmes des pays du Sud dont nous sommes partenaires.

Ainsi, nous finançons des programmes d’accès à l’énergie durable en Afrique, première victime du changement climatique, et dans les pays émergents qui produisent beaucoup de CO2, mais aussi des projets permettant de sauvegarder les grands singes de la forêt du Congo.

En cette année de négociation du prochain accord de Kyoto sur la changement climatique, ma préoccupation est de permettre aux pays d’Afrique de faire entendre leurs préoccupations, leur voix.

mada1.jpg

16 avril 2009

Lancement d’un fonds d’investissement pour l’agriculture en Afrique

J’ai signé ce mercredi 15 avril à Paris, au nom du gouvernement français, une déclaration commune, avec Donald Kaberuka, Président de la BAD, pour la création d’un Fonds d’investissement pour l’agriculture en Afrique (FIAA).

Ce fonds a été conçu par l’Agence française de développement (AFD) avec l’appui du Ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi et du Secrétariat d’Etat à la coopération. Ses membres fondateurs sont, outre la France via l’AFD, la Banque Africaine de développement (BAD), le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA) et la fondation de Kofi Annan “alliance pour une révolution verte en Afrique” (AGRA).

Un an après les émeutes de la faim, ce fonds -dont les retombées économiques se réaliseront avant la fin de 2009- viendra en aide aux entreprises agro-industrielles et aux coopératives agricoles africaines, respectueuses des paysans modestes et de l’environnement.

Ce fonds devrait collecter, dans un premier temps, 200 millions d’euros et vise, à terme, un objectif de 500 millions d’euros. Il devrait associer des capitaux publics et privés respectueux de la “philosophie” du Fonds.

Il répond à l’idée du partenariat mondial lancée par Nicolas Sarkozy au Sommet de la FAO le 3 juin 2008.

24 janvier 2009

Réponse à une question locale: Quelle est la réforme du permis de conduire?

La réforme du permis de conduire qui comprend 15 mesures répondra ainsi à trois objectifs : un permis moins long, un permis moins cher et surtout un permis plus sûr.

Un permis moins long à obtenir grâce à une réduction des délais

370 000 places d’examens supplémentaires seront créées sur 3 ans dont 120 000 places dès 2009 et un renfort de 55 nouveaux inspecteurs du permis de conduire pour faire passer plus rapidement le permis.

Les candidats pourront débuter les leçons de conduite sans attendre l’enregistrement du dossier d’inscription en préfecture. Le délai réglementaire d’un mois entre l’enregistrement du dossier du candidat et la présentation à l’épreuve de code sera supprimé dès le mois d’avril 2009.

L’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) et la conduite accompagnée, qui permettent de mieux préparer les candidats à l’examen et contribuent également à la sécurité routière, seront encouragés. Dès la fin du 1er semestre 2009, les démarches seront simplifiées, l’âge de l’accompagnateur sera abaissé et l’apprentissage sur le lieu de travail favorisé. De plus, dès lors qu’un candidat majeur aura réalisé les 20h de conduite obligatoires en école ou après un échec à la conduite, il pourra s’il le souhaite pratiquer la conduite accompagnée sur 3 mois minimum en parcourant au moins 1 000 km afin de gagner de l’expérience.

Un permis moins cher pour les candidats les plus en difficulté

A partir du second semestre 2009, le fonds de cohésion sociale prendra en charge la caution du prêt pour le “permis à un euro par jour” pour les jeunes exclus du système bancaire et inscrits dans une démarche de formation ou d’accès à l’emploi.

L’Etat et les collectivités territoriales vont promouvoir les aides au financement du permis. Parmi celles-ci, la “bourse au permis” qui constitue une aide financière directe en contrepartie de la réalisation d’une activité d’intérêt général.

Les demandeurs d’emploi qui ont besoin du permis pour accéder à un emploi seront aidés par l’extension des expérimentations menées par Pôle Emploi. De plus, dans les départements où des retards se sont accentués, des places d’examens seront attribuées en priorité aux personnes ayant une promesse d’embauche pour un emploi nécessitant d’être titulaire du permis de conduire.

Les allocataires du revenu de solidarité active (RSA) qui ont besoin du permis pour accéder à un emploi seront aidés. 15 millions d’euros seront alloués par an pour aider financièrement les bénéficiaires du RSA inscrits dans une démarche d’accès à l’emploi. Cela permettra de soutenir l’équivalent de 15 000 permis par an.

Un permis plus sûr grâce à une rénovation des programmes de formation et de l’examen

Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement va engager immédiatement une concertation avec les compagnies d’assurance et les auto-écoles en vue de déterminer les conditions de prise en charge d’un rendez-vous post-permis à 6 mois, destiné à vérifier que les nouveaux conducteurs ont bien intégré dans leur pratique les notions apprises lors de la formation initiale.

Les partenariats avec les associations de sécurité routière seront développés afin de faciliter leurs interventions notamment dans les lycées pour sensibiliser les élèves à la sécurité routière.

L’épreuve du code sera modernisée avec la révision complète des questions d’ici le second semestre 2009 et avec le passage de l’épreuve de code sur ordinateur individuel d’ici 2 ans.

L’épreuve de conduite évoluera pour passer d’un décompte d’erreurs à un véritable bilan de compétences et de comportement dès le début 2010.

Les objectifs du Grenelle de l’environnement seront intégrés aux différentes phases de l’éducation routière, en milieu scolaire comme dans les écoles de conduite.

Des rendez-vous facultatifs d’évaluation et d’actualisation des connaissances permettront aux conducteurs de s’évaluer régulièrement dès cette année.

La qualité du système de formation au permis sera améliorée par une revalorisation des métiers d’enseignants à la conduite et une démarche qualité avec les auto-écoles.

Enfin, le Premier ministre a signé une charte avec la Confédération de l’artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) permettant l’accès à la conduite accompagnée de 3 000 apprentis en 3 ans. Cette démarche a vocation à être étendue à tous les métiers de l’artisanat.

Par ailleurs, comme l’a demandé le président de la République, les personnes ayant incendié des véhicules seront condamnées à une peine leur interdisant de conduire ou de passer le permis de conduire s’ils n’en sont pas déjà titulaires. Cette interdiction pourra, le cas échéant, être levée s’il est établi qu’elles ont entièrement remboursé la victime.

27 novembre 2008

Communiqué de Presse : DEPLACEMENT A DOHA

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENNES
Secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie
Cabinet du Secrétaire d’Etat

Paris, le 27 novembre 2008

DEPLACEMENT D’ALAIN JOYANDET A DOHA

Alain JOYANDET, Secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, se rendra à Doha du 28 novembre au 2 décembre pour participer à la Conférence d’examen sur le financement du développement (Doha, 29 novembre – 2 décembre 2008).

Ce Sommet sera ouvert par le Président Nicolas Sarkozy.

La Conférence de Doha doit se dérouler dans un contexte économique particulièrement sensible. Les débats accorderont donc une large place au suivi des conclusions du sommet du G20 qui s’est tenu le 15 novembre dernier à Washington. La nécessité de renforcer la situation des pays les plus vulnérables dans la réforme du système financier international sera notamment évoquée.

La rencontre de Doha a également pour objectif d’examiner la mise en œuvre du Consensus de Monterrey (2002). Le projet de document final de la Conférence fait l’objet de négociations depuis fin septembre. Il est structuré autour des six chapitres du Consensus de Monterrey (mobilisation des ressources domestiques, investissements directs étrangers et flux privés, commerce international, coopération technique, dette extérieure, questions systémiques) qui ont trait aux problématiques du développement.

Un document final, adopté à l’issue de la Conférence de Doha, devrait faire le point sur la mise en œuvre des chapitres constituant le Consensus et prendre en compte les questions émergentes, dans un contexte international fortement renouvelé depuis 2002.

A l’occasion de la Conférence de Doha, Alain Joyandet, qui conduira les négociations au nom de la Présidence Française de l’Union européenne, mettra l’accent sur les principales réalisations et les engagements de l’UE dans le cadre des engagements de Monterrey, parmi lesquels :

  • l’engagement européen en faveur de l’augmentation de l’APD et l’atteinte de l’objectif de 0,7 % du PIB consacré à l’APD en 2015 ;
  • la promotion du développement durable, y compris dans ses dimensions environnementale et sociale, et de la régulation de la mondialisation ;
  • l’amélioration de la qualité et de l’efficacité de l’aide, notamment à travers le code de conduite européen sur la division du travail ;
  • les réflexions sur les migrations et le développement (notamment transferts de fonds des migrants), la gouvernance démocratique et l’aide aux Etats fragiles ;
  • la mise en place des sources innovantes de financement (contributions sur les billets d’avion, taxe carbone, systèmes de loterie, etc.) ;
  • la priorité accordée à l’Afrique ;
  • la promotion de l’intégration régionale ;
  • la gouvernance mondiale, avec l’engagement d’une réflexion sur une meilleure coordination des activités des institutions de développement.

Contact : 01 53 61 41 16

La Conférence internationale de Doha au Qatar

Je m’envole cet après-midi pour la Conférence internationale de Doha au Qatar.

Localisation du Qatar

La Conférence internationale de Doha (29 novembre-2 décembre 2008) constituera le point d’orgue d’une série de grands rendez-vous internationaux dans le domaine de la coopération au développement qui ont jalonné l’année 2008, notamment le Forum de Haut Niveau sur l’efficacité de l’aide (Accra, début septembre 2008) et les événements de haut niveau sur les OMD et les besoins de l’Afrique (New York, fin septembre).

Alors que ces rencontres étaient consacrées à l’évaluation des besoins et aux modalités de mise en œuvre de l’aide pour y répondre, la Conférence de Doha portera sur la question centrale du financement du développement.

Prévue de longue date comme session de revue du Consensus de Monterrey de 2002, cette conférence voit ses enjeux amplifiés par l’émergence ou le développement de nouveaux défis peu ou pas pris en compte à Monterrey (défis alimentaire, énergétique, environnemental…) et par le contexte de crise financière globale, qui suscite à la fois des craintes et des attentes chez nos partenaires du Sud.

A Doha, l’UE devra à la fois exercer le leadership que lui confère sa position de premier bailleur mondial d’APD (près de 60% de l’aide mondiale) et assumer les responsabilités qui lui incombent dans un contexte économique et financier troublé.

La conférence sur le financement du développement de sera l’occasion pour l’Union, consciente de l’impact majeur des crises alimentaire, climatique et financière sur les pays les plus vulnérables, de réitérer ses engagements en matière d’aide publique au développement. L’Union européenne s’y engagera à explorer avec ses partenaires toutes les voies nouvelles pour contribuer au financement d’un développement économique, social et environnemental durable, à promouvoir la mise en œuvre de mécanismes innovants pour mobiliser des ressources additionnelles et à renforcer la cohérence des politiques.

24 novembre 2008

Inauguration du pont d’Ounans

Samedi dernier, j’ai été heureux d’inaugurer le pont d’Ounans, en présence de Monsieur le maire d’Ounans, Monsieur le Président du Conseil général, de Jean Marie SERMIER, député de la circonscription, de Madame la Préfète et des élus présents.

Ce pont est exemplaire sur au moins trois aspects :

Sur le plan économique tout d’abord.

- 800 véhicules empruntent chaque jour le pont d’Ounans.

- la structure trop légère de l’ancien pont ne supportait plus les lourds convois notamment agricoles.

- plus de 30 entreprises, essentiellement Jurassiennes, sont intervenues dans ce chantier.

• respect des paysages et de l’environnement naturel du site.

- lors de la démolition, une plate-forme en blocs de pierres a été spécialement mise en place afin d’éviter que le béton du pont aille dans la rivière.

améliore la sécurité des automobilistes tout en préservant le cadre de vie des habitants.

Le Conseil général a parfaitement assumé ses compétences en matière de routes et de sécurité des usagers en investissant 3,3 millions d’euros. Avec 100 % du financement, le conseil général est le seul maître d’ouvrage.

En période de crise, il est important de montrer que les collectivités sont présentes pour aider nos concitoyens. On voit aujourd’hui que c’est le respect de certaines valeurs, comme le travail, la droiture, qui nous permettent de garder le cap, même en périodes économiques difficiles. En effet, en tant que chef d’entreprise, j’ai toujours considéré que le capitalisme doit être au service de l’Homme et non pas au service de la finance.

C’est ce genre de valeurs portées par notre région qui doivent être mises en avant.

Je salue d’autant plus la démarche du Conseil Général que j’en comprends les contraintes. Si vous me permettez de faire une parenthèse concernant mes fonctions ministérielles internationales, je travaille moi aussi à un projet de Pont à Haiti.
Cet ouvrage doit aider les populations dans le besoin. Le contexte est certes différent mais les contraintes sont les mêmes.

Et c’est donc en toute connaissance de cause, compte tenu du travail énorme que constitue un tel projet, que je félicite les membres du Conseil général pour cette réussite.

21 novembre 2008

Signature d’une convention avec l’association Diambars

Hier, j’ai signé, au nom du Ministère des Affaires étrangères et européennes, une convention de financement avec l’association Diambars. Cette association a été créée par de célèbres joueurs de football : Bernard Lama, Patrick Viera, Jimmy Adjovi Boco et Saer Seck.

Au cours de la conférence de presse qui précédait la signature de la convention, Bernard Lama a rappelé l’historique et la philisophie du projet Diambars. Il s’agit de créer en Afrique des centres de formation au football qui dispensent également des enseignements généraux, techniques, informatiques. L’objectif est de doter les jeunes joueurs qui souhaitent devenir professionnels des connaissances et de la formation nécessaires à une bonne intégration dans la société. En outre, les centres Diambars sont ouverts sur l’environnement dans lequel ils sont installés. Le premier centre Diambars, situé au Sénégal, accueille ainsi de nombreux enfants des villages environnants.

Pour ma part, j’ai rappelé les nombreuses actions que met en oeuvre le Secrétariat d’Etat à la Coopération et à la Francophonie pour soutenir le sport dans les pays en voie de développement, en particulier sur le continent africain.

Nous avons ensuite, avec Jean-Michel sévérino, directeur général de l’AFD, signé la convention de financement qui permettra la mise en place d’un centre Diambars en Afrique du Sud à l’horizon 2010 et de trouver d’autres partenaires pour financer ce beau projet.

Pour connaître le projet Diambars et tous ses développements, Cliquez-ici !

11 novembre 2008

Malgré la crise financière, l’Europe s’engage aux côtés des plus pauvres

A l’occasion de la réunion informelle du 7 novembre 2008, les chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres de l’Union européenne ont souligné que la nécessaire réforme du système financier international devait s’inscrire dans l’ensemble des défis que l’Union européenne et ses Etats membres restent déterminés à relever, en particulier la sécurité alimentaire, le changement climatique et la lutte contre la pauvreté.

L’Union européenne veillera à ce que les pays en développement soient pleinement associés à ce processus.

La conférence sur le financement du développement de Doha (29 novembre-2 décembre 2008) sera l’occasion pour l’Union, consciente de l’impact majeur des crises alimentaire, climatique et financière sur les pays les plus vulnérables, de réitérer ses engagements en matière d’aide publique au développement.

L’Union européenne s’engage à explorer avec ses partenaires toutes les voies nouvelles pour contribuer au financement d’un développement économique, social et environnemental durable, à promouvoir la mise en œuvre de mécanismes innovants pour mobiliser des ressources additionnelles et à renforcer la cohérence des politiques.

En tant que Présidence de l’Union européenne, je suis fier que l’Europe tienne son rang et soutienne les plus pauvres. Je serai demain à Tunis pour réaffirmer cela.

17 octobre 2008

Toute la Francophonie se retrouve à Québec

Le Sommet de la Francophonie est un moment fort où les 55 Etats qui partagent la langue française sur les 5 continents et 15 autres Etats impliqués se rassemblent.

Aux côtés du Président de la République, j’agirai au nom de la France pour :

- une Francophonie active et solidaire (ferme sur les principes de respect de la démocratie et de l’Etat de droit mais aussi solidaire avec ses membres en difficulté),


- une Francophonie dynamique dans le débat mondial traitant de la crise financière pour soutenir avec détermination le mouvement de réforme des organisations bancaires et financières internationales, de la crise alimentaire mondiale et des enjeux environnementaux liés au changement climatique ;

- une Francophonie vivante et populaire avec ses programmes novateurs : volontaires francophones, mobilité étudiante, formation à distance des enseignants, portail numérique francophone.
Agir pour la promotion de notre langue française et des valeurs qu’elle véhicule sur les 5 continents, c’est aussi, soyez en assuré, agir pour le rayonnement de l’influence française. La Francophonie plus que jamais est une idée moderne.

Pour retrouver toutes les informations sur le sommet à Québec, cliquez ici !

24 septembre 2008

Ma campagne de communication sur les OMD lancée à New-York par Mme Bruni-Sarkozy! Prochaine étape: Vesoul!

Je voudrais rendre hommage à l’initiative de Carla-Bruni Sarkozy en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New-York, comme vous pourrez le voir sur le site de l’Express.

Accompagnant son mari, Carla Bruni-Sarkozy a rencontré lundi 22 septembre la Reine Rania de Jordanie et Wendi Murdoch pour discuter des Objectifs du Millénaire pour le développement signés en 2000 qui vise à éradiquer l’extrême pauvreté d’ici à 2015.

Je suis heureux que Mme Bruni-Sarkozy ait évoqué l’engagement de la France à atteindre ces objectifs et la campagne de communication sur les OMD que j’ai lancée à Paris le 10 Septembre en présence de PPDA.: www.huitfoisoui.fr

Vous aviez déjà pu l’apercevoir sur le Tour de France!

Huit objectifs chiffrés ont été fixés pour cette date: réduire la pauvreté et la faim, assurer à tous les garçons et filles un cycle complet d’éducation primaire, promouvoir l’égalité des sexes, réduire la mortalité des femmes en couche et des enfants avant l’âge de 5 ans, stopper la propagation des maladies mortelles telles que le VIH/Sida et, enfin, protéger l’environnement et de donner accès à l’eau potable.

Toutes les trois ont choisi de s’engager sur l’objectif n°5, qui est de faire reculer la mortalité des femmes en couches et des jeunes enfants de 75% en quinze ans.

Selon le site l’Express.fr, un diner, à l’invitation de la reine Rania, de Wendi Murdoch et de Sarah Brown, l’épouse du Premier ministre britannique, réunira très bientôt une centaine de femmes pour mobiliser les Nations unies et l’opinion mondiale sur ce thème.

Sachez que je serai à Vesoul ce samedi 27 septembre pour effectuer le lancement de cette campagne au Théatre Edwige Feuillère.

Informatique et libertés | Crédits | Signaler un bug