Blog-Notes d'Alain Joyandet

10 novembre 2008

Réunion des 27 Ministres européens chargés du développement

Les 27 ministres du développement de l’Union européenne se réunissent aujourd’hui et demain sous la direction de la France qui, comme je vous l’ai déjà signalé, assure la présidence de l’Union européenne. J’aurai l’honneur et le plaisir de présider cette réunion en tant que secrétaire d’Etat chargé de la Coopération.

Les 27 y décideront de la réponse européenne aux grands défis qu’affrontent les pays en développement et en particulier l’Afrique,tels que la guerre civile en RDC, l’appui au redressement de l’Afghanistan, la crise alimentaire, les retombées de la crise financière sur l’Afrique, le financement de la lutte contre l’éradication de la pauvreté et des grandes pandémies, et la conclusion d’accords de partenariat économique destinés à offrir aux pays d’Afrique,des Caraibes et du Pacifique un développement économique, social et durable.

Retrouvez toutes les informations sur la Présidence française de l’Union européenne en cliquant ici!

Je profite de ce billet et vous le confirmerai demain, pour m’excuser mais je ne pourrai être à Vesoul, pour le 11 novembre, je le regrette mais en tant que Président de l’Union européenne pour les questions de développement, je suis dans l’incapacité de quitter Bruxelles demain.

5 novembre 2008

Ma réaction, avec Bernard Kouchner, à l’élection de M. Barack Obama à la présidence des Etats-Unis d’Amérique

Voici mon intervention sur RFI de mardi: cliquer ici

Par ailleurs, j’adresse mes plus chaleureuses et très amicales félicitations au sénateur Barack Obama pour son élection à la présidence des Etats-Unis d’Amérique et lui souhaite le plus grand succès pour son action future à la tête de son pays.

La démocratie américaine vient de vivre un magnifique moment, un de ces rendez-vous majeurs qui démontrent périodiquement sa vitalité, sa foi en l’avenir et sa confiance dans les valeurs qui l’ont fondée il y a plus de deux siècles.

Les Français, comme le monde entier, ont suivi avec passion la campagne électorale américaine, et je sais combien ils se réjouissent de l’élection d’un homme attaché au dialogue entre les peuples, les communautés, et à la coopération entre les Nations.

Je rends hommage à l’esprit d’engagement, de générosité et de tolérance qui anime Barack Obama. Je salue les valeurs de respect et de solidarité qui ont fondé son projet politique en une période cruciale pour les Etats-Unis. Solidarité entre les générations, solidarité entre les riches et les pauvres, solidarité à l’égard des plus fragiles de la société américaine. Barack Obama sait que le repli sur soi et les excès du laissez-faire conduisent inévitablement à l’isolement et au conflit.

La France, l’Europe, la communauté internationale ont besoin de son dynamisme, de son refus des injustices et de sa volonté d’aller de l’avant pour bâtir un monde plus stable, plus sûr et plus juste.

La France et l’Union européenne seront prêtes à travailler étroitement avec Barack Obama et avec son administration dans le cadre d’un partenariat transatlantique renouvelé. Ensemble, nous devons saisir l’occasion historique de conjuguer nos efforts pour relever les défis économiques, climatiques ou de sécurité auxquels nous sommes tous également confrontés. Ensemble, nous pourrons mieux assumer nos responsabilités et trouver les solutions qui s’imposent.

Confiant dans les qualités de dialogue et d’écoute de Barack Obama, je serai heureux de travailler avec l’équipe qu’il formera au renforcement de l’alliance deux fois séculaire entre la France et les Etats-Unis pour un monde plus fraternel, plus ouvert et plus équitable.”

Biographie de Barack Obama

Barack Obama, né en 1961 d’un père kenyan et d’une mère originaire du Kansas, est juriste de formation, docteur de l’université de Harvard. Il est depuis 2004 sénateur au Congrès pour l’Etat de l’Illinois. Il s’est fait connaître à l’échelle du pays dès 2002, en s’opposant publiquement à l’intervention en Irak. Sa candidature pour l’investiture démocrate s’est imposée sur les thèmes du changement et de l’espoir face à celle d’Hillary Clinton, au terme d’une campagne exceptionnellement longue et onéreuse : entre janvier et juin, M. Obama a recueilli quelque 287millions de dollars de la part de plus d’un million et demi de donateurs. Il est le premier candidat métis Africain Américain investi pour l’élection présidentielle par l’un des deux principaux partis.

1 novembre 2008

Réponse à une question locale: la rémunération du Livret A va t’elle baisser ?

Il a été question dans l’actualité de ce mercredi 29 octobre d’une baisse du taux de rémunération du Livret A, actuellement fixé à 4%. Interviewé à ce sujet sur LCI, le premier secrétaire du PS François Hollande a jugé cette baisse “inopportune économiquement et choquante socialement”. Il apparait donc nécessaire d’expliquer objectivement le mécanisme de fixation du taux de rémunération du Livret A afin que celui-ci ne soit pas l’enjeu d’une controverse aussi inutile qu’infondée.

Le taux du livret A est fixé tous les 6 mois en application d’une formule de calcul automatique. La prochaine actualisation du taux interviendra au 1er février 2009. Cette formule prévoit que le taux du livret A est égal à la moyenne entre l’inflation et un indice de taux d’intérêt.

Il n’est donc pas possible aujourd’hui de dire quel sera le niveau du taux du livret A au 1er février 2009, tout simplement parce que ce niveau dépendra d’indices qui ne seront connus que mi-janvier 2009.

Néanmoins, on peut avoir une idée de la tendance :

- aujourd’hui l’inflation baisse. Clairement, cet indicateur économique pèsera sur le taux du livret A au 1er février. Dans un contexte de crise, c’est d’abord une très bonne nouvelle pour les consommateurs. Avant l’épargne, il y a le pouvoir d’achat et la baisse de l’inflation, c’est bon pour le pouvoir d’achat ;

- aujourd’hui les taux d’intérêt baissent. Ce qui ne sera pas sans conséquence non plus sur le taux du livret A au 1er février. Mais l’important c’est surtout que la baisse des taux d’intérêt est une très bonne nouvelle pour l’économie, les ménages et les entreprises. Cela fait longtemps que la France appelle de ses vœux une baisse des taux de la Banque Centrale Européenne. Maintenant que celle-ci se matérialise, on ne peut pas changer de grille d’analyse et considérer que ce qui était une bonne nouvelle il y a encore peu de temps, se transforme en fléau … les bons indicateurs économiques ne sont pas des variables d’ajustement de l’analyse économique.

Enfin, la rémunération du livret A restera en tout état de cause très attractive surtout pour un produit d’épargne totalement défiscalisé.

29 septembre 2008

Le discours de Nicolas Sarkozy sur la politique économique et la crise financière actuelle

Je voudrais aujourd’hui revenir sur le discours qu’a prononcé Nicolas Sarkozy à Toulon le 25 septembre dernier. Cette intervention a été largement consacrée à la crise financière que nous traversons actuellement. C’est une crise sans précédent depuis les années 30 qui ébranle l’économie mondiale aujourd’hui, au moment où le monde se prépare à l’après pétrole. Il faut dire la vérité aux Français : cette crise n’est pas terminée, car la France est très engagée dans l’économie mondiale. Dans les prochains mois, les conséquences de cette crise se feront ressentir sur la croissance, sur le chômage et sur le pouvoir d’achat des Français.

Comme l’a rappelé le Président de la République ” la crise actuelle n’est pas la crise du capitalisme, c’est la crise d’un système perverti qui a trahi l’esprit du capitalisme”. Nous devons en tirer les leçons et refonder un capitalisme au service du développement économique. Avec des règles du jeu fondées sur l’effort, le travail et le mérite.

Nicolas Sarkozy a plaidé pour qu’un nouveau rapport soit instauré entre l’économie et la politique à travers de nouvelles réglementations avec un meilleur contrôle de la gestion des risques des banques, mais aussi grâce à la gouvernance des monnaies, pour lutter contre le dumping monétaire dont souffrent les industries européennes.

Parce que cette crise est globale, il faut une réponse globale. Avec Angela Merkel, la Chancelière allemande, Nicolas Sarkozy prend les devants et propose la tenue d’un sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des principaux pays concernés par la crise. L’objectif : tirer les leçons de la crise et coordonner les efforts de tous pour rétablir la confiance.

Pour regarder et écouter l’intégralité du discours de Nicolas Sarkozy, Cliquez ici !

23 juillet 2008

Jamais depuis l’avénement de la Vème République, la France ne s’est autant réformée

Le Congrès (rassemblant les députés et les sénateurs) a adopté, lundi 21 juillet, la réforme des institutions.

Le Congrès réuni le 21 juillet 2008

Grâce à cette réforme, nous possédons les outils pour construire ensemble une démocratie plus pleine et plus entière.

Elle apporte un renforcement des pouvoirs du Parlement qui pourra mieux contrôler son ordre du jour ou mettre son véto à certaines nominations présidentielles. Cette réforme donne aussi la possibilité au Président de la République, dont le nombre de mandats est désormais limité à deux, de venir s’exprimer devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles.

Si déterminante soit elle, cette réforme de nos institutions est fidèle à l’esprit du texte qu’elle modifie. La mise en place du droit de saisine du Conseil constitutionnel par les citoyens, par exemple, cultive résolument le principe de notre République (” gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple”), défini par notre Constitution.

En somme, elle est le pendant institutionnel des courageuses réformes engagées depuis un an dans les champs économiques et sociaux par le Président de la République.

En tant que secrétaire d’Etat chargé de la Francophonie, je me réjouis plus particulièrement que celle-ci fasse désormais partie intégrante de la loi fondamentale par le nouvel article 87, rédigé ainsi : “La République participe du développement de la solidarité et de la coopération entre les Etats et les peuples ayant le français en partage”.

Pour retrouver notre Constitution enrichie des modifications opérées par la révision constitutionnelle, Cliquez ici !

15 juillet 2008

Pour une nouvelle “Mare nostrum”

Nicolas Sarkozy, Président de la République et Président du Conseil européen a co-présidé avec M. Hosni Moubarak, Président de la République arabe d’Égypte, le Sommet de Paris pour la Méditerranée, dimanche 13 juillet 2008 au Grand Palais.

Conférence de presse conjointe avec M. Nicolas SARKOZY, M. Mohamed Hosni MOUBARAK, Président de la République arabe d’Egypte, en présence de BAN KI-MOON, Secrétaire général des Nations-Unies et de José MANUEL BARROSO, Président de la Commission européenne et M. Bernard Kouchner, Ministre des affaires étrangères

Je vous livre ici un extrait de la déclaration commune adoptée par les chefs d’État ou de gouvernement à l’issue de ce sommet :

“Les chefs d’État ou de gouvernement ont la conviction commune que cette initiative peut jouer un rôle important pour ce qui est de relever les défis communs qui se posent à la région euro-méditerranéenne, comme : le développement économique et social ; la crise mondiale dans le domaine de la sécurité alimentaire ; la dégradation de l’environnement, y compris le changement climatique et la désertification, en vue de favoriser le développement durable ; l’énergie ; les migrations ; le terrorisme et l’extrémisme ; la promotion du dialogue interculturel.”

Les Romains avait imposé leur “Mare Nostrum” par le fer. Nous avons aujourd’hui l’occasion de construire l’avenir des pays méditerranéens et européens par le dialogue, pour la paix et la prospérité.

21 juin 2008

Cap 8 : 8 chantiers pour l’Afrique

Ces 8 chantiers sont notre nouvelle politique de coopération dotée d’un nouveau cap, portée par une plus grande voilure.
Ils reposent sur deux piliers : le développement économique et le rayonnement culturel.

L’Afrique s’éveille ! Avec une croissance économique soutenue -une moyenne de 5% sur les dix dernières années- le continent africain est en marche. Pour la France, cette vérité a une résonance toute particulière : il y a chez nous la certitude que notre pays doit rester un partenaire important de l’Afrique. La France y a intérêt, elle en a les moyens ; les pays africains le souhaitent et nos partenaires européens nous y encouragent.
L’enseignement est essentiel pour la formation des futurs citoyens africains. L’apprentissage de la langue française constitue à cet égard un atout pour l’Afrique : une langue d’échange régional et international, un levier puissant de croissance économique.

J’ai également à cœur de développer des axes de travail autour des femmes en tant qu’actrices économiques.
Pour renforcer nos actions et soutenir la croissance africaine, l’Agence française de développement (AFD) engagera chaque année 1 milliard d’euros supplémentaires pour notre politique de développement. Cette montée en puissance se fera sans recours à l’argent du contribuable, elle s’opèrera par le recours à des prêts à taux bonifiés aux Africains qui veulent développer leur entreprise.
Lors de cette conférence de presse, j’ai de plus annoncé la première mesure concrète issue d’un de ces 8 chantiers : le triplement du nombre de volontaires internationaux d’ici à 2012 avec un accent mis sur le développement de l’engagement des séniors notamment dans le secteur agricole.
Voici une partie de cette conférence de presse en vidéo :


Dans les mois qui viennent, je vous annoncerai sur ce blog les autres actions concrètes qui seront lancées dans le cadre de Cap 8.

10 juin 2008

Du Triglav à la Tour Eiffel

Je suis revenu aujourd’hui d’une réunion entre l’Union européenne et la Chine à Ljubljana, capitale de la Slovénie.

Sur le drapeau slovène on voit le Triglav (le “trois cornes”), sommet qui culmine sur ce pays de montagnes.

Cet Etat de deux millions d’habitants adossé aux Alpes et à l’Autriche, jouxte la Croatie, borde l’Italie sur sa mince côte de la mer Adriatique et étend son petit territoire jusqu’à la Hongrie. Très dynamique économiquement, il est le premier des 10 pays européens ayant rejoint l’union le 1er mai 2004 à avoir adopté l’euro, le 1er janvier 2008.

Depuis cette date, la Slovénie assure la Présidence tournante de l’Union européenne.

Le 1er juillet prochain c’est la France qui prendra à son tour la Présidence de l’Union.

Pendant six mois elle sera la tête de pont des initiatives européennes et la figure de proue de ses interventions.

Je vous tiendrai informés sur ce blog des grands événements de ce semestre européen à venir.

29 mai 2008

Un sommet pour l’Afrique au pays du soleil levant

Cette conférence, qui se tient dans la ville portuaire de Yokohama, réunit une quarantaine de chefs d’Etats et de gouvernements africains et les Ministres du développement des pays du G8 et de pays émergents. Les thèmes de cette réunion sont :

- l’accélération de la croissance économique en Afrique : renforcer le soutien dans les domaines du commerce, de l’investissement, du tourisme, des infrastructures et de l’agriculture ;

- l’établissement de la “sécurité humaine” : assistance pour accomplir les Objectifs du millénaire pour le Développement, la consolidation de la paix et la bonne gouvernance ;

- et, enfin, prendre à bras le corps les questions de l’environnement et du changement climatique.

J’ai, lors des travaux, fait part du message de Nicolas Sarkozy, dans un discours lu en son nom, qui souligne que la hausse des prix alimentaires peut-être “une chance” à terme pour les campagnes africaines dont les revenus pourraient augmenter.

Comme le Président, “extrêmement préoccupé” par la hausse des prix alimentaires mondiaux, j’ai rappelé que la France avait décidé de doubler son aide alimentaire d’urgence aux pays les plus pauvres, en la faisant passer de 30 à 60 millions d’euros en 2008.

22 avril 2008

L’emploi sur la bonne voie à Vesoul

Bien entendu, PSA Peugeot Citroën participe significativement à cette bonne santé. Rappelons que l’accord sur l’autoroute Langres-Vesoul et le doublement du “pont Peugeot”, que nous avons obtenus, ont conforté cette entreprise dans ses choix et l’ont incité à investir plus encore sur notre agglomération.

Et, outre l’industrie automobile, c’est l’ensemble des activités économiques qui est concerné par cette progression durable de l’emploi.

De plus, les clauses “d’insertion” intégrées aux marchés publics de l’hôpital et les “emplois aidés” créés par la Ville de Vesoul ont aidé des centaines de personnes à revenir à l’emploi.

En conjuguant l’encouragement de l’investissement privé et une action publique forte, notre Ville et notre agglomération sont aujourd’hui lancées sur les rails du développement.

Vous pouvez compter sur vos élus. Nous poursuivrons ce travail.

Informatique et libertés | Crédits | Signaler un bug